Modification de la Constitution : Le peuple, comme d’habitude muet !

lundi 15 janvier 2018 Politique


La récente adoption par le Parlement gabonais du projet de révision de la constitution ne cesse de faire polémique. Le peuple resté silencieux tout au long du processus, a favorisé par son mutisme la révision constitutionnelle en cours.

« La Constitution est un bol qui contient la vie quotidienne du peuple », estime le Président sud-coréen, Moon Jae-in. Au Gabon, le peuple semble très peu préoccupé par le débat politique. En atteste, le mutisme de celui-ci sur ce sujet qui engage pourtant son avenir . Les virulents échanges par médias interposés entre opposition et majorité, s’est illustré par l’absence d’un troisième acteur majeur : le peuple.

Une responsabilité historique semble-t-il manquée, par les Gabonais, en dépit de la convergence dictée par les politiciens. D’un côté, l’opposition conteste le contenu de cette nouvelle Constitution, de l’autre, le pouvoir, notamment le Ministre de la Communication, Alain-Claude Bilié-By-Nzé, soutient mordicus qu’il ne s’agit en aucun cas d’une « monarchisation » du Gabon, en guise de réponse aux pourfendeurs du régime.

Attendu sur la question, le peuple comme s’est souvent le cas est resté aphone. Une pratique courante sous nos cieux ! En effet, qu’il s’agisse des référendums, de révision de la constitution ou de mesures quelconques prises par les pouvoirs publics, les Gabonais font très peu valoir leurs droits. Mais connaissant le peuple gabonais, pouvait-il en être autrement avec le récent toilettage de la « mère des los » ?


Michaël Moukouangui Moukala

Vos commentaires

  • Le 15 janvier à 14:28, par EWOUROU EWA Alphonse En réponse à : Modification de la Constitution : Le peuple, comme d’habitude muet !

    Dites carrément que les Gabonais sont un peuple amorphe, passif, mus seulement par l’appât d’argent. Y’a qu’à regarder l’ossature du Gabon des services, bon nombre des échoppes ( commerces ambulants, vulcanisation, cordonnerie, petits commerces de quartier, mécaniciens, tôliers, BTP, taximen), aux mains des étrangers. Et vous voulez qu’ils partent comment et pourquoi ?
    Tant que le gabonais lui-même ne se prendra pas en charge dans tous ces domaines cités, le Gabon ne décollera pas économiquement. Regarder, ils sont des éternels assistés chez eux- mêmes, forts seulement en gueule et n’ont pour seules industries " les Brasseries du Gabon" ohhhhhhh Pitié !!!!!, Dieu ne donne pas tout !!!!!!. leur Intélligence n’est noyé que dans les alcools.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs