Mesures du PDG tendant à vaincre la criminalité : Vaut mieux tard que jamais ?

jeudi 1er octobre 2015 Société & environnement


Le Parti démocratique gabonais, PDG, au pouvoir au Gabon vient en réaction à la découverte du corps décapité d’une jeune femme au quartier « Pompidou » à Libreville, de proposer une batterie de mesures pour aller en guerre contre les auteurs de tels actes. Est- il trop tôt ? Pourquoi seulement maintenant ? Au bénéfice du doute, vaut mieux tard que jamais !

Combien d’enquêtes sur les crimes commis au Gabon en général, à Libreville la capitale en particulier, sommeillent encore dans les tiroirs de la justice, alors que l’on nous disait les soupçons forts, pour reprendre les propres termes de ceux qui soutiennent cette thèse, pesant sur certaines gens ?

 C’est qu’ici chaque fois que l’on en parle, cela prête à rigoler tellement de nombreux citoyens sont convaincus, ce qui n’est peut- être qu’une conviction personnelle, que les démarches tendant à déterminer les auteurs desdits crimes ne vont pas souvent à leur terme pour des raisons que le commun des mortels ignore.

 Cette fois- ci, se dit- on, sera certainement la meilleure, le pouvoir ayant maintes fois été interpellé y compris par les associations de défense des droits de l’homme qui continuent de crier aux crimes rituels surtout lorsque l’on approche d’élections capitales ou de la fin d’une année dans le but, avance-t-on, de renforcer les pouvoirs occultes de certaines personnalités qui ne rêvent que d’une et une seule chose : satisfaire leur ego.

Tout le monde devait avoir accueilli avec grande satisfaction les propositions faites par le Parti démocratique gabonais allant dans le sens de la prise de mesures sur la mise en place d’une cellule de crise sur la sécurité et le renforcement des services de renseignements et de contre- ingérence, mais des questions habitent cependant de nombreux esprits à l’idée de savoir que des propositions pour lutter contre la criminalité galopante, il y’en a eu suffisamment depuis que le pays a acquis son indépendance sans grands effets souvent. Et pourquoi l’on s’est longtemps détourné de la formule souvent usitée : « gouverner, c’est prévoir » ?

 « Qui sème le vent récolte la tempête »

En laissant trainer les choses, à quoi les autorités gabonaises pouvaient- elles s’attendre ? Maintenant qu’elles appellent par PDG interposé à l’érection d’institutions de veille, de traque et de répression, peuvent- elles nous dire de qui elles seront composées et quelles en seront les structures pour nous amener méditer sur le sort qui est le nôtre tant on sait les humeurs du citoyen lambda non prises en compte ?

Mais en fait, ne sait- on pas que depuis plusieurs mois déjà, les journaux y compris ceux proches du pouvoir ne cessent de dénoncer la trop grande liberté dont jouissent les tueurs que l’on dit parfois à la solde du pouvoir à tort ou à raison ?

D’où la préoccupation de certains au sujet du véritable mobile conduisant à l’annonce solennelle de mesures quand on sait qu’elles peuvent parfois être dissuasives, les forces de l’ordre ne recevant pas souvent d’ordre ou étant lors de leurs activités rappeler à l’ordre par les supérieurs qui eux- mêmes sont aux ordres.

 Ce qu’attendent les populations, ce sont par exemple des descentes musclées sur le terrain de la police et de la gendarmerie au besoin la mise sur pied de milices comme au Congo voisin pour écumer les quartiers et autres arrondissements en vue d’en déceler les points névralgiques aux fins d’être en phase avec la réalité et donner aux habitants une impression de sécurité, l’Etat de loi ne les autorisant pas à se faire justice.

Et pourquoi ne pas mettre à contribution les populations dans la gestion du phénomène si tant est que c’est de leur sécurité qu’il s’agit au premier chef ?


JGN.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs