Medias gabonais : Une presse subjective !

lundi 23 octobre 2017 Société & environnement


L’un des temps forts de l’Atelier de concertation entre les journalistes et les acteurs du processus électoral, organisé à la Chambre de commerce de Libreville, les 18 et 19 octobre dernier a sans aucun doute été la présentation des résultats du sondage effectué par les enquêteurs de l’ONG Journaliste en Afrique pour le Développement, JADE. Un sondage qui révèle, au grand dam de la corporation journalistique, que la presse gabonaise manque bien souvent de professionnalisme et d’objectivité.

Une presse partisane ! C’est ce qui ressort du sondage réalisé les 7 et 8 octobre par les enquêteurs de l’ONG JADE. Ces derniers ont recueilli les données auprès d’un échantillon hétérogène de 100 personnes des deux sexes, dont les âges varient de 18 à plus de 50 ans, reparties en trois classes, (Ndlr : 18-30 ans, 30-50 ans et plus de 50 ans).

Dépouillement

A la suite du questionnaire administré, il ressort que l’opinion publique désire avoir des informations fiables et sans parti pris. C’est pourquoi, elle lance un haro sur le colportage des rumeurs. Dans la même foulée, les Gabonais interrogés invitent les journalistes à donner la parole à tous les acteurs politiques. D’où le rappel à l’ordre émis par ces derniers qui sont d’avis que la presse doit éviter la désinformation de l’information.

Les enquêteurs ont également relevé le fait que le public attend de la presse qu’elle joue un rôle pédagogique dans la société (informer et éduquer) en étendant ses productions aux problèmes économiques, sociaux, à la jeunesse et au développement et pas seulement à la politique comme cela semble être le cas actuellement.

Quid des médias publics ?

Taxés d’être à la solde du pouvoir, les personnes sondées demandent que le gouvernement laisse les médias publics travailler en toute quiétude, faisant ainsi allusion à l’intrusion du politique dans les salles de rédactions. Par ailleurs, le public exige que les journalistes de Gabon télévision descendent également dans les bas quartiers et non se contenter des séminaires et autres activités institutionnelle. Mieux, l’objectivité doit être la seule donne qui vaille pour les médias publics. Des recommandations valables également pour les médias proches de l’opposition. Il, (les medias proche de l’opposition), leur a été demandé de cesser de donner des informations incitant à la violence. Voilà ce qui ressort du récent sondage effectué par la JADE.

Rappelons qu’en début de semaine dernière, la JADE a organisé un séminaire de remise à niveau des journalistes. Trois jours durant, Louis Lemeter, l’expert convié pour la circonstance qui compte à son actif une quarantaine d’années dans la presse française, est revenu sur les genres rédactionnels, l’architecture d’un article de presse et les règles d’éthique et de déontologie, pour ne citer que ces thématiques revisitées.


YIF

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs