Marché de Mont-Bouët : Ces multiples recouvrements injustifiés !

lundi 4 juillet 2016 Economie


Au marché de Mont-Bouët, le plus grand du pays, le désordre et l’anarchie semblent avoir pris le dessus sur la norme et l’ordre. Tout y passe : réseaux parallèles de recouvrement de taxes municipales, racket, passe-droits et autres dérives, et ce, au vu et su des autorités. On se croirait dans une véritable pétaudière.

Difficile de passer un quart d’heure au marché de Mont-Bouët sans assister à un recouvrement de taxes. Les commerçants casquent quotidiennement et énormément ! Vente de timbres, droits de places, entretien du marché, frais de gardiennage et sécurité des personnes et des biens, bref la liste est loin d’être exhaustive. Des taxes auxquelles doivent impérativement s’acquitter les commerçants pour exercer en toute « quiétude » leur activité. Plus grave, ces multiples recouvrements de taxes émanent de multiples entités administratives.

Du coup, on est tenté de croire que le plus grand marché du Gabon est un espace de non-droit, tant le flou sur ces opérations de recouvrement règne, et ce, depuis des lustres. A cela s’ajoute les descentes intempestives d’agents municipaux, sans aucun ordre de mission, s’il vous plait ! Des dérives qui justifient le fait que tous les recouvrements quotidiens effectués au marché de Mont-Bouet, sont attribué à tort ou à raison à la Mairie de Libreville.

Une situation que tient à clarifier Max Florent Ndong Moukandjo, Directeur Général des marchés. « Les recouvrements en ce qui concerne le marché de Mont-Bouët se font par le biais de plusieurs administrations, l’Agriculture, la police, la gendarmerie, la douane sans omettre les mille et une descentes du ministère de la Santé. Lorsqu’on parle de racket dans les différents marchés de la capitale, on pointe toujours du doigt la Mairie. Ce n’est pas une question qui concerne uniquement la municipalité. Récemment, le bureau du conseil a mis en place un mécanisme qui consiste à réduire de manière exponentielle ces méthodes peu orthodoxes. La preuve, des agents ont été sanctionnés et certains ont même perdu leurs emplois ».

Dans tous les cas, ces multiples recouvrements se répercutent sur le portefeuille des clients. En effet, pour combler les mille et une taxes dont ils doivent s’acquitter, les commerçants augmentent de manière informelle les prix des denrées et autres produits.


LAO

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs