Lutte contre la corruption : Quand Nkea recule…

jeudi 27 juin 2019 Politique


Après avoir déclaré ostentatoirement la semaine dernière qu’il allait combattre tous les ministres corrompus tapis au sein du Gouvernement, le Ministre de la Lutte contre la corruption est finalement revenu sur ses propos mercredi dernier. En présentant ses excuses à ses collègues du Gouvernement pour la crudité de son discours, Francis Nkea dit n’avoir jamais visé personnellement un individu.

C’est un rétropédalage inédit. Mais qui en dit désormais long sur les propos de Francis Nkea qui, lors de la passation des charges la semaine dernière, avait promis « Nous allons attaquer tous les corrompus qui sont dans le Gouvernement pour assainir le pays ». Francis Nkea a voulu certainement profiter de la chaleur du discours à la nation d’Ali Bongo Ondimba, le 8 juin dernier. Discours dans lequel le Président de la République avait pris pour cible, la corruption, la négligence et la gabegie de la classe politique dirigeante.

Seulement, Nkea a beau être ministre de la Lutte contre la corruption, la dureté de ses propos a choqué et provoqué une certaine gêne au sein de l’équipe à laquelle il appartient pourtant. Et ses excuses près d’une semaine après sa fameuse sortie considérée comme scandaleuse, peuvent être interprétées comme un signe de pressions subies à l’intérieur même de cette équipe.Manifestement, en dépit des discours officiels très offensifs contre la corruption, le gouvernement n’est pas encore prêt à accepter l’idée même qu’il y aurait en son sein, des soupçons de corruption et de malversations financières.

Francis Nkea avait-il les preuves de ses accusations ? Savait-il de quoi il parlait ? A-t-il parlé trop vite ? Ou fallait-il absolument demander pardon après avoir dénoncé le libre cours de la corruption au Gabon ? Quelles que soient les réponses à ces questions, par ce revirement public, il y a comme un aveu d’impuissance du gouvernement face au combat pour la lutte contre la corruption, qui gangrène notre société en retardant le développement du pays comme l’a dit Ali Bongo Ondimba lui-même.

Sinon comment alors lutter efficacement contre la corruption quand, au nom de la solidarité gouvernementale, un ministre de tutelle se voit obligé de s’excuser après avoir promis de s’en prendre aux auteurs de la pratique ? Au fond, de par la mise en scène de ce débinage, c’est l’incapacité même du gouvernement à lutter effacement contre la corruption qui vient d’être ainsi exhibée à la face de la nation toute entière. Et quelles que soient les explications qu’on pourra donner à ce revirement en direct, le sentiment d’une faiblesse du gouvernement face au fléau, sera difficile à conjurer.


Leno Koleba

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs