Libreville, une bulle immobilière ?

lundi 21 septembre 2015 Economie


Dans les quartiers de Libreville, des habitations poussent comme des petits pains. La pression démographique favorise cette ruée vers le secteur immobilier. Et comme quantité ne rime pas toujours avec qualité, les maisons mises en location pas « les roitelets », (comprenez : les propriétaires immobiliers) ne possèdent pas forcément toutes les commodités requises par les locataires. Des locataires dans le besoin qui n’ont pas d’autre choix que de se plier aux caprices et exigences drastiques des maîtres des lieux. C’est dire que la recherche d’une habitation relève maintenant de la croix et de la bannière !

Au Gabon et particulièrement à Libreville, le secteur immobilier enregistre de profondes mutations. Désormais, trouver une maison à usage d’habitation dans la capitale gabonaise, relève d’un véritable casse-tête chinois. Un pensum des locataires à la recherche d’un gîte ! Et pour cause, des pratiques tacites et d’un nouveau genre rendent la tâche ardue aux locataires. Actuellement, il devient quasi impossible de trouver un logement sans recourir aux services des courtiers et autres agences immobilières. Pour les téméraires, voulant passer outre, ils doivent s’armer de patiente et de sang-froid. En effet, il faut arpenter les artères de la ville tout en se renseignant auprès des passants sur l’éventuelle disponibilité d’une maison.

Conscients du fait que « le temps c’est de l’argent », comme le dit la maxime, un nouveau business a vu le jour : celui des courtiers dont certains (pour ne pas dire la plupart), exigent 5 000 Fcfa par visite. Pour ce faire, ils appâtent les demandeurs via des affiches placardées çà et là dans la ville, mais également par le biais des réseaux sociaux, vantant au téléphone leurs produits. Bien souvent, au moment de la visite, les commodités mentionnées au préalable laissent à désirer, comme s’il s’agissait d’une toute autre maison. Normal, plus les clients sont nombreux, plus les courtiers s’en mettent pleins les poches !

La flambée des loyers !

A côté des courtiers, les propriétaires immobiliers jouent également leur partition dans cette recherche effrénée d’espèces sonnantes et trébuchantes. Désormais la norme tacite veut que la location mensuelle d’une maison de deux chambres oscille entre 200 000 et 300 000 FCFA, et la meilleure, pas dans les quartiers huppés. Dans la même foulée, ces derniers demandent aux acquéreurs de débourser un mois d’avance et une caution, équivalant à un mois de loyer. Concernant les frais à verser au courtier, ils peuvent varier d’un intermédiaire à un autre. Ainsi, avant tout déménagement, il faut disposer par devers soi, une épargne en liquidité, non négligeable pour parer à d’éventuels impondérables.

Quid de la qualité ?

La pression démographique favorise la fleuraison du secteur immobilier et des maisons sortent de terre comme des champignons. Seulement la qualité n’est pas toujours de mise. Un euphémisme ! En fait, bon nombre de propriétaires immobiliers s’adonnent à l’auto-construction. Du coup, leurs maisons n’obéissent à aucune norme architectural et sécuritaire, et ce, au vu et au su des autorités. Et dire qu’il existe pourtant une Agence Nationale de l’Urbanisme des Travaux Topographiques et du Cadastre (ANUTTC ) et un ministère de l’habitat ! Qu’attendent ces démembrements de l’Etat pour veiller à la qualité des constructions ? Toujours au titre des travers, cette manie des propriétaires immobiliers à ne pas établir à leur locataires des contrats de location, signés en bonne et due forme. Dans le même registre les payements mensuels ne sont assujettis à aucun document donc à aucune traçabilité. Il est impérieux que les autorités assainissent ce secteur, en y mettant de l’ordre !

                                  


YFI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs