Libreville : Les populations du Lac Bleu s’illustrent par des actes d’incivisme

lundi 14 septembre 2015 Société & environnement


Lorsque l’hôtel de ville s’efforce à rendre la capitale gabonaise un peu plus attrayante qu’elle ne l’était par le passé, certains compatriotes ne manquent pas de saboter le travail de cette institution en procédant au déracinement d’arbres plantés sur le bord de la route. Constat au quartier Charbonnages.

De nombreux arbres récemment plantés par la mairie de Libreville au quartier Charbonnages précisément au niveau du Lac Bleu dans l’optique d’embellir les bords de routes et de rendre la capitale gabonaise, un peu plus reluisante, font actuellement l’objet d’acte d’incivisme de la part des populations.

Des actes que l’hôtel de ville dit ne pas pouvoir cautionner au regard des efforts fournis pour rendre Libreville propre, belle et accueillante. En effet, dès le début de cette année en cours, la direction générale de l’environnement de la mairie de Libreville, sur la base d’un programme d’embellissement de la ville s’est activée à planter de part et d’autres dans la capitale, des arbres et fleurs aux abords des voies et des ronds-points.

Quelques mois après ce travail, certaines de ces plantes ont été saccagées et déracinées comme de nombreux riverains ont pu le constater sur le terrain aux Charbonnages, non loin du Lac Bleu. La raison mise en avant par certains riverains, serait que les plantes gêneraient le passage, ce qui les aurait poussés à les détruire.

Un mobile qui toutefois ne tient pas la route car les arbres ont été planté avec intervalles ce qui laisse des ouvertures pour tout riverain qui souhaite traverser la chaussée. « J’habite les environs et comme vous, je m’étonne de ce que certains de mes frères et sœurs qui habitent ce quartier s’illustrent par des comportements aussi négatifs voire primitifs. Ces arbres ont été plantés pour embellir notre ville pourquoi les détruire ? » s’est interrogé Gerard Ondzoumbi, un habitant du Lac Bleu.

L’embellissement et l’entretien d’une ville comme celle de Libreville est certes du ressort de la mairie mais chacun doit comprendre que la pérennité des efforts de cette dernière est de la responsabilité de tout le monde y compris du citoyen.

Alors que chacun apprenne à être responsable face aux objectifs édictés en amont car lorsqu’on se permet d’apprécier le décor des villes dans les pays développés, il faut comprendre que les populations de ces Etats contribuent à travers leur comportement et leur sens civique à préserver ces acquis urbains


3M

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs