Léthargie sportive : « Le tout Etat dans le sports n’est plus possible », dixit Alain-Claude Bilié-By-Nzé

mardi 18 décembre 2018 Sport


Face à l’inertie qui prévaut actuellement dans le milieu athlétique gabonais, le ministre des Sports, Alain-Claude Bilié-By-Nzé a convié les présidents fédérations sportives du pays ainsi que les responsables du ministère du Sports, l’Administrateur général du Fonds National du Développement du Sports, FNDS, Igor Simard et le président du Comité national Olympique Gabonais, Léon-Louis Folquet à une séance de travail, ce mardi 18 décembre courant. Objectif : sauver les meubles pour éviter une saison sportive blanche tous azimuts au Gabon.

Situation alarmante dans le milieu sportif gabonais. Lequel milieu brille à ce jour par l’absence de championnats et autres compétitions nationales. Et pour cause, les fédérations, à l’exception de celle du rugby et du golf, n’arrivent pas à s’autonomiser. Mieux, elles attendent impatiemment les subventions de l’état pour exister. Une situation dangereuse au regard de l’actuelle crise économique prévalant au Gabon. Face à l’urgence de la situation, Alain-Claude Bilié-By-Nzé a devisé avec les experts du milieu. Objectif : trouver des pistes de sortie de crise.

« (…) Nous avons en tant que ministère procéder à l’attribution des subventions, simplement la procédure au niveau du trésor n’a pas pu aboutir pour certaines fédérations. (…) Donc cela justifie aujourd’hui le fait que la plupart des fédérations n’aient toujours pas commencé leurs activités sportives et bien entendu la plus en vue étant la fédération de football à travers la LINAF. C’est un vrai souci. Au terme de la discussion, nous nous sommes accordé sur trois éléments principaux : le premier c’est que l’état à mis en place un outil de financement du sport qu’est le Fonds National du Développement du Sports, il faut arriver aujourd’hui à déplafonner le fonds qui est actuellement à cinq milliards et quelques. Il faut qu’à nouveau que la totalité des ressources prévues pour financer le sport aillent véritablement au sport. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

La seconde chose, c’est de rééquilibrer les financements. 80% des ressources du Fonds aujourd’hui, malheureusement finance le seul football. Il faut arriver à rééquilibrer de sorte que les autres fédérations sportives bénéficient d’un soutien de l’Etat aussi modique soit il. Et ce n’est que lorsque l’Etat l’aura fait que le privé pourra ensuite être sollicité pour accompagner », a affirmé le ministre des Sports.
Pour sa part le président du Comité National Olympique Gabonais a salué la démarche participative adoptée par le ministère des Sports. Espérons que cette démarche atteindra les objectifs escomptés à court, moyen et long terme.


YFI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs