Les populations de Melen au régime de l’eau boueuse !

vendredi 18 mars 2016 Société & environnement


Déjà un mois que les populations résidentes derrière l’hôpital de Melen, consomment une eau impropre. Ce liquide vital a une couleur jaunâtre et renferme d’importants dépôts, voire de la boue. Une eau non potable et exposant les autochtones à d’éventuelles maladies.

L’eau par définition inodore, incolore et sans goût ne l’est plus dans la zone située derrière l’hôpital de Melen. Là-bas, l’or bleu a maintenant un drôle de goût et de couleur. Un véritable risque pour la santé des populations ! Pour sa part, la Société d’eau et d’énergie du Gabon (SEEG), continue d’imposer à la clientèle de cette zone et bien d’autres de s’acquitter du paiement de leurs factures d’eau, malgré cette situation anormale. Une eau, il faut le dire provoquant des irritations de peau et diarrhées, pour ne citer que ces pathologies.

Une difficulté de plus pour les populations de cette partie de la capitale gabonaise, peinant déjà à s’approvisionner en eau. Un vrai paradoxe, quand on connait le potentiel hydraulique que regorge le Gabon. Comment expliquer cette eau boueuse sortant des robinets des maisons sises derrière l’hôpital de Melen ? Les tuyaux sont-ils sales ? Autant d’interrogations demeurant sous silence ! Surtout que Dame SEEG ne daigne pas fournir d’explications.

Pour ne pas cautionner cette incartade, les populationsde BIZANGO rail viennent de lancer une pétition. Pendant ce temps, elles sont contraintes de consommer de l’eau minérale, du moins pour les besoins de consommation et de cuisson.


LAO

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs