Les femmes chefs de famille : Que dire de ce phénomène ?

lundi 28 décembre 2015 Société & environnement


La monoparentalité est un phénomène de plus en plus récurrent dans nos sociétés actuelles. Ce phénomène est mal connu, voire minimisée, en regard des systèmes de pluriparentalité que les anthropologues ont mis à jour et étudié. La notion de ‘’ femme chef de famille’’ n’a pas de définition standard.Ce terme peut recouvrir des réalités matérielles, sociales et culturelles très variées. Ainsi, la femme qui habite seule avec un ou plusieurs enfants est donc considérée comme chef de famille quel que soit son statut matrimonial (célibataire, divorcée, séparée, veuve).

Qui sont ces femmes ?

Ayant comme facteurs le décès d’un des parents, le divorce ou le refus du géniteur d’assumer son rôle de parent, les femmes chefs de famille sont en général des femmes qui font du commerce vivrier ou interviennent dans le secteur des services (secrétaires publiques, coiffeuses, domestiques...). Mais d’autres sont fonctionnaires ou assimilées, souvent dans l'enseignement, l'administration et les professions de santé et du droit.

Ces dernières élevant seule le ou les enfants sont amenées à accumuler les petits boulots, lorsqu’elles n’arrivent pas à joindre les deux bouts, pour subvenir à leurs besoins et à ceux des enfants.

Quelles sont les conséquences que ce phénomène engendre sur ces dernières et sur le ou les enfants ?

La famille monoparentale est un modèle qui se répand à très grande vitesse dans nos sociétés. Si pour certains cette situation semble être normale, pour d’autres au contraire cela a des répercussions non seulement sur la femme chef de famille mais aussi sur les enfants dont elle a la charge.

 

Chez les mères chefs de famille, cette responsabilité présente des conséquences positives que négatives. En effet, certaines se plaise et sentent à l’aise dans cette situation, voire même une forme de domination, surtout quand elles ont suffisamment de revenus pour subvenir à leurs besoins et à ceux des enfants. D’autres par contre, se retrouvant parfois dans une situation de pauvreté sont contrainte d’accumuler de petits boulots, ce qui fait qu’elles n’ont presque plus de vie ou de temps pour s’entretenir ou pourquoi pas trouver un mari car leur seule occupation reste le travail et s’occuper des enfants.Et Si elles sont peu entourées, elles risquent de se couper des liens sociaux, se replier sur elles-mêmes, présenter des épisodes dépressifs plus ou moins marqués.

 

Chez l’enfant, ce phénomène peut engendrer des conséquences variables selon l’enfant et son milieu familial bien entendu. Dans les situations précaires, très souvent le père disparaît et, pour certains, le rapport à l’image paternelle devient douloureux. L’enfant doit intégrer l’absence du père et c’est difficile. Il peut mettre en place des mécanismes défensifs pour la supporter, se fixer sur sa mère ou au contraire devenir agressif vis-à-vis d’elle, la rendant responsable de l’absence de son père. Des difficultés psychiques peuvent apparaître et se traduire par un comportement inadapté à l’école et dans la vie sociale. Ce dernier, avec l’absence du père, peut être amené à se livrer à la délinquance car lorsque les deux parents vivent ensemble le père exerce plus d’autorité sur l’enfantque la mère.

 

Les familles monoparentales où la femme est chef de famille sont confrontées à de nombreux problèmes qui, soit isolément soit de manière combinée, peuvent également se poser aux autres membres de la société eux aussi économiquement vulnérables. Mais ce qui est préoccupant, et c'est en cela qu'elles se distinguent des autres, c'est l'augmentation de leur nombre, la concentration croissante, chez ces familles, des foyers à revenus insuffisants, le fait qu'elles cumulent les handicaps et la présence des enfants. Ces familles n'ont pas beaucoup de moyens de sortir de leurs difficultés économiques, ce qui montre bien la nécessité d'une intervention des pouvoirs publics. S'agissant de la politique générale à suivre, il en résulte qu'outre un certain nombre de solutions à court terme, il pourrait s'avérer à la fois rentable et efficace, à long terme, de renforcer les mesures permettant de rendre ces familles moins vulnérables économiquement, et notamment les mesures générales destinées à aider les personnes défavorisées sur le marché de l'emploi, en particulier les femmes.

 


AEL

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs