Les dangers de la ’’pharmacie de la rue’’

samedi 19 mars 2016 Santé


Le continent africain souffre d’une maladie qui ne cesse de se propager à vitesse grand V, celle du commerce des faux médicaments qui polluent toutes les rues des capitales africaines. Libreville n’est pas en marge de cette situation alarmante, celle des médicaments contrefaits vendus à l’air libre.

100 000 décès par an sont liés au commerce de médicaments contrefait sen Afrique, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour l’OMS, un médicament contrefait est un médicament dont l’identité ou l’origine est délibérément et frauduleusement falsifiée. L’Afrique représente un marché important pour ces produits qui constituent un danger pour les consommateurs
Il serait important de rappeler qu’au Gabon les autorités compétentes, notamment le ministère de la Santé fournit des efforts considérables afin d’éradiquer ce phénomène. Mais ce travail de longue haleine ne peut s’effectuer de manière isolée.

En effet, l’Association des pharmaciens Africains de France (APAF) ne cesse depuis dix ans de mener des actions sur la sensibilisation des populations sur les dangers de ces médicaments contrefaits. Les populations quant à elles devraient pouvoir prendre conscience des dangers qu’ils courent en consommant de tels produits. Ils sont vendus sans prescription médicale, aucune posologie n’est fournie, pire encore on ignore les effets secondaires. Un tel danger pour les populations les plus vulnérables mérite une attention particulière de la part des autorités afin de prendre des mesures drastiques
.

Beaucoup de personnes interrogées pensent souvent à tort que les médicaments vendus en pharmacie coûteraient trop chers et nécessitent une ordonnance qui à son tour implique une consultation au préalable chez un médecin. Faute de moyens, ils se limitent aux médicaments de la rue. Or il existe en pharmacie des médicaments standards qui ne nécessitent pas d’ordonnance, affirme Yobangoye Irma, vendeuse à pharmacie à Libreville ce sont entre autres des médicaments contre la fièvre, déparasitant, antidouleurs ,etc.. .

Lors de la célébration de la journée mondiale de lutte contre les médicaments contrefaits en 2015, l’APAF avait annoncé la tenue en avril 2016 au Gabon d’un congrès scientifique et humanitaire. Ce congrès devrait réunir près de 500 pharmaciens du monde. Lors de ces assises, toutes les parties prenantes devraient pouvoir se réunir afin de trouver des solutions à ce problème qui ne cesse de faire de nombreuses victimes en Afrique.


MI

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs