Lendemains des fêtes : Quelle vie après ?

mardi 5 janvier 2016 Speciales


Les Gabonais ont pris l’habitude de « tout mettre dans la fête », oubliant que cette démarche, pour le moins contre- nature, les prédispose à des lendemains parfois incertains.

On a du mal à comprendre qu’aujourd’hui encore, alors que de nombreux citoyens disent qu’ils croupissent dans la misère, certains, la plupart, n’en soient pas à se demander de quoi demain sera fait. Comme si pour eux, les seules journées, nous allons dire folles, du 25 décembre 2015 et du 1er janvier 2016, suffisaient à refaire le monde ou à évacuer tous les problèmes que vit la société. Non pas que nous ayons une vision apocalyptique, mais simplement dire que les Gabonais ont depuis pris pour habitude de se livrer aux libations, oubliant qu’aujourd’hui plus qu’hier, le tempérament des uns et des autres doit être nécessairement guidé par l’idée de ressaisissement et de prospection par rapport à l’avenir.

Finie 2015, nous sommes entrés en 2016, il faut que tous comprennent que le Gabon a un impératif de résultats qui commence par une envie de performance passant par une mue spirituelle, morale, comportementale individuelle, avant d’être collective. Cela demande que l’on soit préparé, comme le disent les hommes d’Eglise, « à recevoir ».

Comment 2016 ?

Dans l’entendement collectif, quand une année s’en va et une autre s’en vient, l’homme que Dieu a crée à son image doit se poser la question essentielle de savoir d’où il vient, où il est et où il va, de telle sorte que l’on soit capable à termes, de mesurer ses capacités à rebondir pour améliorer ses performances dans le but de faciliter son intégration dans un monde pluriel et imposer, pourquoi pas, une dynamique à l’environnement qui soit susceptible de l’amener chercher dans les tréfonds, au cas où cela s’avérerait nécessaire. Une nouvelle année, cela suppose que l’on a pris soin de mesurer le chemin parcouru, de déterminer les faiblesses et les forces pour ne pas se présenter dans la nouvelle année comme un électron libre au vu des circonstances concurrentielles qui guident aujourd’hui plus qu’hier notre parcours

. Est-on conscient que le fait de changer d’années est synonyme d’évolution, qui, si elles ne sont pas positives, peuvent être négatives ? Alors, il nous appartient chacun à notre niveau d’entrevoir la vie, non pas comme une affaire anodine, mais plutôt comme quelque chose de sérieux, ce d’autant plus qu’elle est source d’inconnus. Nos erreurs doivent servir à nous sortir d’affaires puisqu’elles doivent être l’occasion de nous raviser afin de nous projeter sur l’avenir, si l’on tient à ce que le futur ne soit pas incertain.

Stop aux libations !

Le monde est fait d’utile et d’agréable ! Qui ne l’a pas entendu dire ? Et pourtant, c’est là la réalité. Le Gabon comme tous les autres pays du monde n’échappe pas à la logique universelle. C’est pourquoi ici, le changement d’années doit être synonyme d’évolution positive. Les jeux, si l’on tient compte de la Grèce antique, mère de la civilisation universelle, comme nous apprend l’histoire, sont utiles à la société, encore faut- il que le « pain » soit assuré. L’utile et l’agréable, oui, mais à quel prix ? Entrer dans une fête, il n’y a rien de plus naturel et humain, mais il faut aux hommes que nous sommes, veiller à ce que les lendemains soient assurés, car après les fêtes, la République a besoin de tous ses serviteurs, je ne dirais pas ses enfants, si l’on tient compte du fait que le pays est aidé par des sujets étrangers pour assurer son développement. A nous tous de prendre ces règles comme des principes, des idées forces, susceptibles, si elles ne sont pas respectées, de nous amener régresser.


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs