Législatives partielles : Le PDG doit-il vraiment se réjouir de sa victoire ?

mardi 21 juin 2016 Politique


Si dans les rangs de la mouvance présidentielle on peut déjà s’enorgueillir des 9 sièges raflés sur les 14 en compétition, par le couple PDG-CLR, il reste que le taux élevé d’abstention et la perte des sièges stratégiques viennent quelque peu gâcher la fête. Ce qui fait déjà dire à certains qu’il s’agit avant tout de la victoire des députés démissionnaires, notamment « les héritiers modernes » qui avaient appelé les populations au boycott du scrutin.

Une victoire en demi-teinte, un échec en prélude de la présidentielle à venir, clament certains observateurs. C’est du moins le point de vue exprimé par l’opposition dans son ensemble, après la victoire du Parti démocratique gabonais, aux dernières législatives partielles. Sur 14 sièges au total (13 sièges de députés et 1 siège de sénateur), le PDG, aidé à certains endroits par le Centre de Libéraux Réformateurs (CLR) en a raflé 10 au total (9 Députés et 1 sénateur). Une razzia électorale pour les tenants de la majorité présidentielle, qui ne cessent de se féliciter pour cette victoire, vue là-bas comme une belle réponse donnée par le PDG à tous ceux qui prédisaient déjà sa mort, en raison des démissions qui le secouent depuis quelques années déjà.

Seulement voilà, si cette remontée fait jubiler les Pdégistes qui rient déjà aux éclats, il reste que le fort taux d’abstention qu’on pourrait mettre au crédit de l’appel au boycott, lancé par les membres du Rassemblement Héritage & Modernité, qui ont jugé inutile de présenter de candidature en raison des enjeux, vient troubler cette joie. Selon les chiffres communiqués par le Gouverneur de l’Estuaire, on peut noter par exemple le décalage flagrant notamment au 1er siège du 4ème arrondissement, qu’il y a un entre le nombre d’inscrits (autour de 12 000) et celui des votants, qui lui ne dépasse pas la barre de 1000 électeurs.

Un scandale électoral, même si le PDG sort vainqueur avec un plus de 69,74% de suffrages. De quoi donner raison à ceux qui pensent qu’il s’agit là, avant tout de la victoire d’Alexandre Barro Chambrier, qui en sa qualité de président du RHM avait demandé aux populations de cet arrondissement de ne pas se rendre aux urnes.

La perte de la Lolo-Wagna et le divorce consommé

La victoire du boycott visiblement ne semble pas être le seul trouble-fête des pédégistes. Car au nombre des quatre sièges perdus par le parti au pouvoir figure la Lolo-Wagna, siège occupé depuis des décennies par l’ancien président de l’Assemblée nationale gabonaise, Guy Nzouba Ndama, néo-opposant et candidat à la présidentielle d’août prochain. Là-bas, c’est son poulain, l’indépendant, Herman Dibaganga Dongo, un jeune de 28, pire un novice en politique qui s’est largement imposé face à Patrice Nguembe Diyembou du Parti démocratique gabonais, et ce, en dépit des gros moyens mis en branle par Blaise Louembe et Régi sImmongault, les nouveaux patrons politiques du Pdg dans la contrée.

Mais au-delà de la défaite du PDG, dans cette localité de l’Ogooué-Lolo qui lui est restée fidèle depuis des lustres, il s’agit bien d’un divorce (peut-être pas encore consommé), mais qui se dessine et préfigure déjà une situation inédite dans cette partie du Gabon, considérée comme le berceau du parti d’Omar Bongo.


Charles Nestor NKANY

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs