En ce moment

Le secrétaire général du PDG dans l’hinterland : le peuple encore sollicité en période préélectorale

mercredi 11 novembre 2015 Speciales


Qui sont ces gabonais qui se plaignent tout le temps de ne pas être suffisamment écoutés qui se mobilisent comme un seul homme à l’entente de la nouvelle faisant état de l’arrivée dans leur patelin d’une autorité politique de surcroît du parti au pouvoir dont les actes sont sans cesse décriés par les temps qui courent ?

« L’hypocrisie est un vice à la mode et tous les vices à la mode passent pour vertus ». Ce mot que Molière tient dans son œuvre « Dom Juan » ou « le Festin de pierre » suffit à commenter l’attitude d’une bonne partie de la population gabonaise habituée et pourtant à critiquer avec virulence les actes et comportements des autorités surtout celles du parti au pouvoir, mais que l’on voit spontanément prendre la rue pour aller les applaudir lorsqu’elle apprend qu’elles vont effectuer une visite dans leur patelin.

En tournée à l’intérieur du pays depuis quelques jours pour vanter l’action du président Ali Bongo Ondimba à la tête du Gabon depuis 2009, le Secrétaire général du Parti démocratique gabonais, PDG, Faustin Boukoubi, sauf erreur de la part des preneurs d’images des médias qui l’accompagnent, est, c’est le moins que l’on puisse dire, ovationné contre toute attente parfois par des femmes et hommes qui passent le plus clair de leur temps à se plaindre de ce que le gouvernement ne remplit pas son cahier de charges vis- à- vis des populations de la région visitée.

 N’est- ce pas l’occasion pour elles de faire officiellement savoir aux autorités qu’elles sont dans l’attente de la réalisation des promesses faites depuis des lustres ? Comment ? C’est à cette question que l’on peut répondre de diverses manières, mais pas très certainement en se réjouissant de ce que l’on ait apporté ici du vin, des pagnes aux couleurs du parti, un peu d’argent, pour soi- disant contenter les mécontents.

  Comment presser le changement ?

Presser le changement pour nous ne veut pas nécessairement dire changer d’hommes aux commandes de l’Etat, mais peut-être pousser les gouvernants au moyen de pressions même psychologiques à se rendre à l’évidence, le bon sens étant la chose du monde la mieux partagée disait René Descartes, que leur action mérite d’être critiquée si tant est qu’elle ne satisfait pas le grand nombre. Après tout, pourquoi s’éterniser ou vouloir à tout prix du pouvoir si c’est pour ne semer que pleurs et lamentations ? Il est vrai qu’il est une coutume chez nous, celle de bien recevoir l’étranger, mais il est tout aussi vrai qu’il faut lui tenir le langage vrai, le comportement vrai pour qu’il reparte avec en tête l’idée juste, celle qui le mènera vers un changement véritable méritant qu’il soit félicité par ses compatriotes. Les tournées du genre de celle que mène actuellement à travers le pays le Secrétaire général du PDG, il en faut en toutes périodes pour donner l’impression de familiarité et convaincre pourquoi pas les populations de la notion de service que les autorités mettent en avant. Choisir des périodes bien particulières revient à chosifier le peuple qui est ici assimilé à l’animal qui est régi par son instinct dont il ne peut se défaire durant toute son existence. Le peuple attend aujourd’hui plus que jamais après les années de monolithisme que, comme le voulaient Mao Tsé Toung pour la Chine, cent fleurs s’épanouissent et que cent écoles rivalisent. En somme qu’il y ait un affrontement sain porteur d’espoir qui ne peut se faire qu’au travers de la lutte démocratique. C’est peut- être seulement à ce moment que d’aucuns comprendront que le cri du peuple a un sens profond et qu’il mérite d’être entendu et ausculté pour que lui soit apportée la réponse qui sied.


JGN

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs