Le Gabon en l’absence d’Ali Bongo : La torpeur et les doutes…

mardi 4 décembre 2018 Politique


Même si hier une photo ainsi qu’une courte vidéo de quelques secondes ont été publiées comme premières preuves de vie d’Ali Bongo Ondimba et que ce mardi 4 décembre les images d’une séance de travail au Maroc entre le Chef de l’Etat gabonais , le vice-président de la République Pierre Claver Maganga Moussavou, le Premier Emmanuel Issoze Ngondet et la Présidente de la Cour constitutionnelle Marie-Madeleine Mborantsuo ont été diffusées, il n’en demeure pas moins que depuis son absence du pays il y a plus d’un mois pour cause de maladie, le Gabon est depuis comme paralysé, même si le gouvernement s’efforce d’emprunter une mine de sérénité, arguant que tout va bien. Des décisions et des piles de dossiers attendent la signature du Chef de l’Etat, dont l’absence prolongée influe sur le pays qui semble vivre au rythme de la maladie et de la convalescence d’Ali Bongo Ondimba.

L’appareil étatique gabonais est passé à un rythme de conseils des ministres quasi hebdomadaires à un seul depuis plus d’un mois, avec des décrets en attente de signature du président de la République, des lois à promulguer en suspens etc. ..Bref, c’est un Gabon qui vit presqu’au ralenti depuis l’absence du pays de son président, hospitalisé d’abord à Ryad en Arabie Saoudite le 24 octobre dernier et désormais en convalescence à Rabat au Maroc.

Longtemps donné pour mort par de folles rumeurs qui ont prospéré en l’absence d’une communication officielle fiable, le Chef de l’Etat gabonais a finalement été vu lundi dernier dans une vidéo qui le montre en entretien avec le roi du Maroc, Mohammed VI, qui lui a rendu visite à l’hôpital militaire de Rabat. Il aura donc fallu un mois et huit jours pour avoir une preuve de vie d’Ali Bongo, dont l’état de santé aura passionné conversations de toute sorte. On peut voir dans cette courte vidéo que le président de la République apparaît un peu pale. Et la lenteur avec laquelle il soulève son verre de lait vers sa bouche montre qu’il est effectivement convalescent. Ce qui accrédite la version de son entourage qui affirme qu’il est dans la phase de récupération progressive de ses capacités physiques. Une apparence générale qui témoigne aussi de la gravité de l’état dans lequel était le président gabonais lors de son hospitalisation en Arabie Saoudite. Toute chose qui pourrait aussi expliquer le verrouillage complet de la communication officielle très précautionneuse, car ni le gouvernement ni la présidence de la république, personne ne voulait se brûler les doigts avec un sujet extrêmement sensible. Un verrouillage de la communication qui a laissé prospérer l’inquiétude, le suspens mais aussi la peur du lendemain, y compris même dans le cercle du pouvoir, coupé lui aussi de vraies informations sur l’état réel du patron.
Conséquence, dans la plupart des administrations le cœur n’était plus vraiment à l’ouvrage, laissant ainsi place à la torpeur qui a gagné le pays et par delà, l’administration en général.

Puisque même derrière les mines sereines affichées ça et là, il y avait quand même une inquiétude diffuse à peine dissimulée. Surtout avec la hargne de l’opposition qui est sortie du bois et a très vite bondi sur l’occasion qui lui aurait permis enfin de s’emparer du pouvoir. Avec cette vidéo, Jean Ping, Eyeghe Ndong et tous les autres doivent désormais être sous le choc, eux qui avaient cru le "lion" mort pour enfin se pavaner ostentatoirement dans la revendication de 2016. Mais toujours est-il que l’absence ou encore la convalescence à l’étranger d’Ali Bongo a imprimé un rythme de torpeur au fonctionnement habituel du pays. Autant dire que le Gabon est lui aussi convalescent. Reste à savoir si cette première preuve du président de la république, si elle est en est une, va remobiliser et ragaillardir la machine administrative.


Leno KOLEBA

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs