Langue française : La mort des accents ?

jeudi 10 mars 2016 Société & environnement


Depuis le 3 Février dernier, plus de 2400 mots font l’objet de réformes, et ce, avec la sacro-sainte bénédiction du ministère français de l’Education nationale. Une révision orthographique qui devrait être perceptible dans les manuels scolaires à partir de la prochaine rentrée des classes, au grand dam des puristes de la langue de Molière. Une réforme qui aura certainement des répercussions dans le système éducatif gabonais.

L’orthographe révisée constitue la dernière trouvaille du ministère français de l’Education Nationale. L’objectif visé étant de simplifier la langue française. Des réformes qui seront applicables dans les collèges, à partir de la prochaine année académique. Les écoles, collèges et lycées doivent s’adapter à ces changements, mal perçus par les puristes de la langue de Molière.

Les premières réformes orthographiques concernent l’accent circonflexe, souvent vestige d’un « s » qui a disparu avec l’évolution de notre langue. Le « chapeau » qui donne des migraines aux élèves du Cours Préparatoire, (CP) ne sera plus obligatoire sur les lettres i et u, sauf quand il marque une terminaison verbale, à l’exemple de « qu’il fût », sur les noms propres, ou quand il apporte une distinction de sens. « Mûr » conservera son accent pour ne pas le confondre avec « mur ». Le verbe « s’entraîner » écrit avec un simple « i » sans accent ne sera plus considéré comme une faute. Autre changement, les traits d’union et le « ph ». Désormais, les mots « chauve-souris », « mille-pattes », « porte-monnaie », ou « week-end » pourront s’écrire en un seul mot.

Les linguistes et autre grammairiens ont aussi voulu simplifier des tournures orthographiques peu intuitives « ognon » au lieu d’« oignon », « nénufar » plutôt que « nénuphar » et corriger certaines anomalies ou rendre cohérents des mots d’une même famille comme « souffler » et « boursoufler », ce dernier pouvant prendre deux « f ».

Les accents graves « cèleri », « crèmerie », « règlementaire », « sècheresse », ou encore le participe passé, qui pourra devenir invariable dans le cas où le verbe « laisser » est suivi d’un infinitif elle s’est laissé mourir, (exemple : ils se sont laissé faire), font partie également des réformes orthographiques.

Pour le cas de l’accent circonflexe, qui, on l’a compris, fait l’objet d’une attention toute particulière, car il poserait des problèmes aux apprenants y compris aux « personnes instruites ».

Au total, 2 400 mots ont subi un lifting, soit environ 4% du lexique de la langue française.Pour les pays francophones, quelle sera la conduite à tenir suite à ces changements qui bouleversent l’utilisation de la langue française ? Les Ministères de l’éducation nationale de ces pays, sans nul doute, prendront des mesures visant à faciliter l’insertion desdites réformes dans les programmes scolaires.


M.I

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs