La revue de presse lue par l’agitateur :affaire Ndoutoume Emane et Serges Mabiala.

lundi 5 octobre 2015 Speciales


Deux sujets alimentent les colonnes de la presse gabonaise parue la semaine écoulée : la démission de Jean-François Ntoutoume Emane du PDG, un hiérarque et l’un des idéologues de cette formation politique et, l’arrestation de l’ancien ministre de la Fonction publique Serge Maurice Mabiala pour détournement de deniers publics.

« La danse du scalp fait rage », rumine le journal Ezombolo. « Adeptes de l’intrigue et spécialistes des coups bas, les camarades pdgistes se livrent une lutte sans merci au sein de leur chapelle…Serge Maurice Mabiala est donc la première victime de la danse du scalp … », constate le journal.

« En étant l’une des figures de proue de la fronde Héritage et Modernité d’une part, mais ne bénéficiant pas de l’immunité parlementaire d’autre part, donc maillon faible des mutins du PDG, sa petite majesté a décidé de frapper quelqu’un qui, pourtant, en 2009, l’appuya, et pas en petite monnaie s’il vous plaît, pour maintenir les Bongo à la tête du pays. « , commente l’hebdomadaire Echos du Nord.

« Serge Maurice Mabiala, première victime d’une épuration politique ! », clame l’hebdomadaire L’Aube. « Inéluctablement, nous sommes dans une affaire purement politicienne, un règlement de compte. Une arrestation spectacle qui ne vise qu’une chose : freiner l’élan des contestataires déclarés et faire peur à ceux qui dans la maison PDG s’essaieront à nouveau de braver l’autorité suprême du chef, du guide éclairé. », analyse le journal L’aube.

« Arrestation de Serge Maurice Mabiala : à quand celle d’Ali Maixant Bongo Accombessi ? Après Mabiala, doit-on s’attendre à des arrestations en cascade de la vérole en col blanc qui pille allègrement l’argent public ? Ne s’agirait-il pas d’opérations qui, comme un missile à tête chercheuse, prennent pour cible certains compatriotes en rupture de ban avec la horde émergente ? S’interroge le bimensuel La Nouvelle République.

 

La démission de Jean-François Ntoutoum Emane du PDG, autre sujet largement commenté par la presse

« Sauf un de ces revirements auxquels les hommes politiques sont habitués, l’ancien Premier ministre a décidé de rompre le silence ce vendredi 2 octobre…Membres du conseil des sages, c’est peut-être en tant que sage que Jacky quittera le bateau dont la coque présente de graves fissures juste sous la ligne de flottaison. », prédisait l’hebdomadaire Echos du Nord.

 

« En quittant pour ainsi dire le parti dont il était l’éminence grise, quel sera donc l’avenir-émergent en confiance de son fils au gouvernement ? Que deviendra donc Simon Wilfrid AtanganaNtoutoume Emane sans le soutien paternel ?, s’interroge le Journal Le Mbandja.

« Ntoutoume Emane quitte la barque. Si le personnage n’était connu pour avoir été un des acteurs politiques majeurs de ces quarante dernières années, le fait aurait été balayé d’un revers de la main. Mais ce n’est pas le cas. Surtout qu’il a décidé de créer son propre parti politique, le Mouvement patriotique et démocratique pour la refondation de la République (MPDR), » fait remarquer le quotidien L’Union. « Son acte, poursuit le journal, s’inscrit dans une démarche connue. Surtout par les observateurs avertis ».


L\’agitateur.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs