La presse lue par l’Agitateur : Le triomphe électoral du pouvoir et la noyade de l’opposition !

dimanche 14 octobre 2018 Speciales


Tenu le 6 octobre dernier, le premier tour des législatives a été proclamé vendredi dernier par le Centre Gabonais des Elections. Des résultats qui donnent largement le parti démocratique gabonais (PDG) vainqueur, avec plus de 70 députés élus. Dans la presse locale, la débâcle de l’opposition ne se passe pas de commentaires. Tout comme la large victoire du PDG, présentée, elle aussi comme ternie ou délégitimée par un fort taux d’abstention.

"PDG : c’est bien un raz-de-marée !" Le titre est à lire à la Une du quotidien L’Union qui rapporte que « les résultats annoncés par le Centre gabonais des élections (CGE) confirment les tendances apparues dès le lendemain du premier tour des législatives du 6 octobre. C’est une énorme vague qui s’apprête à déferler sur le palais Léon Mba, le parti au pouvoir totalisant d’ores et déjà pas loin de 80 députés, c’est-à-dire la majorité absolue. Une déferlante que devrait accentuer, peu ou prou, les scores à l’issue du second tour le 27 octobre ».
"Humiliante désillusion de l’opposition". C’est le titre à la Une du journal Le Mbandja, qui affiche également sur toute la largeur de sa première page, les photos des opposants ou alliés du pouvoir, tous copieusement battus comme l’ancien président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, le ministre de l’Habitat, Michel Menga Messone, le président du Conseil économique et social, René Ndemezo’Obiang, le président du Conseil national de la démocratie, Séraphin Ndaot ou encore le Vice-président de la République, Pierre Claver MagangaMoussavou. « Visiblement », conclut l’hebdomadaire proche de l’opposition, « la classe politique gabonaise va connaître une vraie mue dans les prochains mois. Les dernières élections législatives et locales n’auront été que le fait déclencheur ».

Jean Ping doit tirer les leçons de l’abstention

L’abstention, c’est l’ombre au tableau de la victoire écrasante du pouvoir des Bongo. Une abstention qu’on pourrait mettre au crédit de l’opposant Jean Ping, qui lui avait appelé son écurie au boycott de ces élections. Le commentaire est à lire dans les colonnes du Moustique en colère pour qui, cette abstention signifie que la voix de Jean Ping, quoi qu’on le veuille, continue toujours à porter sur l’échiquier politique national, et qu’il faudra toujours composer avec lui. Lequel devra se servir de cette abstention massive pour justifier sa survie politique sous une autre forme. Pour Le Temps, il revient à l’opposition, devant un échec aussi cuisant, de « se regarder en face, occulter ses propres rangs pour séparer le bon grain de l’ivraie ». Car « le 6 octobre dernier, les Gabonais, très nombreux, sont allés à la pêche. Ils ont décidé de ne pas aller voter. A ces Gabonais, il leur manque un homme ou une femme à leur tête. Jean Ping serait-il celui-là ? », s’interroge l’hebdomadaire qui affirme que « L’enjeu est de taille. Car au fond de lui-même, Ping sait pertinemment qu’il ne s’agira plus du candidat d’une coalition électoraliste dont l’avenir n’a plus sa raison d’être. Mais d’un leader politique à la tête d’une formation politique qui devra indiquer la direction à suivre tout au long des cinq ans à venir. Une autre paire de manche », conclut le Temps.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs