La presse lue par l’Agitateur : La victoire d’Emmanuel Macron vue du Gabon…

lundi 15 mai 2017 Speciales


La presse gabonaise parue la semaine écoulée a largement commenté la victoire du centriste Emmanuel Macron à la dernière présidentielle française.

« Comme il est de coutume lorsqu’on est démocratiquement élu Président de la République, les félicitations affluent de par le monde. Emmanuel Macron, 39 ans, qui présidera aux destinées de la France pour les cinq prochaines années, voit actuellement pleuvoir des messages de sympathie. Le Gabon n’a pas dérogé à la règle, notamment à travers trois personnalités fortes du monde politique : Ali Bongo, Jean Ping et Jean de Dieu Moukangni-Iwangou », rapporte le journal La Loupe.

« Le président gabonais élu en 2016, Jean Ping, a adressé une lettre de félicitations à Monsieur Emmanuel Macron, président français élu, dix minutes après la proclamation de sa victoire », renchérit le journal Le Mbandja. « Politiquement et tactiquement, poursuit le journal, cet acte est, dans un contexte de crise postélectorale actuel, un petit bijou de stratégie politique. Les Français de France le qualifieraient de : ‘’coup du père François’’ . Macron sait très bien qu’il y a entre l’opposition gabonaise et le pouvoir émergent un enjeu politique capital qui bloque toutes les activités économiques du pays », analyse le journal Le Mbandja.

« Ping torche légitimité auprès du maître Blanc », clame le bimensuel La Nouvelle République. ‘’Sitôt élu président de France, poursuit le journal, Emmanuel Macron était envahi d’une avalanche de messages de félicitations dont celui, comble d’idioties, du néo-opposant gabonais Jean Ping. L’homme a remué terre et ciel pour qu’il obtienne du nouveau président l’attention réservée aux VIP et qu’il soit reçu à l’Elysée en digne ‘’président élu’’. A chaque fois qu’il y a un nouvel individu à la tête de la France ou une élection présidentielle dans les pays francophones, les Hommes politiques africains, en bons petits nègres complexés et en quête de légitimité, se bousculent au portillon de l’Empire pour y être reçus par le nouveau seigneur’’, tempête le bimensuel.

« Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, Jean Ping semble avoir trouvé une nouvelle énergie qui donne à lui et au peuple de la coalition pour la nouvelle République, un optimisme lucide », Commente le journal Moutouki. « Profondément Européen, poursuit le journal, Emmanuel Macron devrait en effet s’aligner sur la position des Eurodéputés qui ont clairement remis en cause les résultats de l’élection présidentielle au Gabon et jeté un profond doute sur leur sincérité. La diplomatie du Bord de mer doit être à pied d’œuvre pour influencer les réseaux de la vielle garde française qui a laissé prospérer le déni de démocratie au Gabon », fait remarquer le journal Moutouki.

« Le nouveau président français Emmanuel Macron, ne s’est pas trompé en indiquant qu’il n’aura pas d’état de grâce », estime le journal Echos du Nord. « Il y a plusieurs jeunes africains de la diaspora et ceux vivant sur le continent, souvent bardés de diplômes mais réduits à l’oisiveté du fait de la mauvaise gouvernance de leurs Etats respectifs. Surtout que dans ces Etats, la Françafrique a construit une chape de plomb qui empêche toute émancipation économique des jeunes. La Françafrique prospère sur les monopoles mafieux érigés partout sur le continent. La fin de la françafrique suppose une plus grande ouverture de l’aide française aux talents locaux, aux talents de la diaspora et ONG locales. Lorsque l’aide française passera par ces autres créneaux, cela signifiera la véritable mort de cette hydre nommée françafrique. C’est sur ce terrain que se trouvent les attentes des jeunes africains du quinquennat Macron », conclut le journal Echos du Nord.

« Après son élection le 7 mai dernier à la Présidence de la République française, Emmanuel Macron, reçoit déjà les courtisaneries de l’opposant gabonais, Jean Ping, qui l’appelle à l’aide dans sa prise de pouvoir au Gabon. Contraste saisissant entre un sexagénaire, un vieux routier des arcanes du palais, et un jeune d’à peine 39 ans, travaillant désormais pour le ‘’dégagisme’’ d’une gérontocratie des apparatchiks traditionnels, véritable obstacle pour l’épanouissement politique de la jeunesse.’’ S’indigne le bimensuel La Nouvelle République.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs