La presse lue par l’Agitateur : Eyadema dans les mystères du bord de mer !

vendredi 10 mai 2019 Speciales


Arrivé le mardi 7 mai dernier, c’est par le premier ministre gabonais, Julien Nkoghe Bekalé que le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé a été reçu à l’aéroport de Libreville, avant de s’entretenir avec son homologue, Ali Bongo Ondimba. Lequel, encore sous les séquelles de son accident vasculaire cérébral est résigné dans son palais depuis son retour de Rabat au Maroc, en mars dernier. La presse locale de la semaine se fait largement l’écho d’une visite qui cache mal le véritable malaise de la santé du numéro 1 gabonais.

« J’étais assez impatient de le voir. Et depuis ses problèmes de santé, je n’avais pu avoir qu’une conversation téléphonique avec lui, qui m’avait rassuré. Je le remercie de m’avoir donné cette occasion et j’ai été soulagé et rassuré de le voir en forme ». Les propos sont bel et bien ceux du président du Togo, au terme de sa visite à Ali Bongo Ondimba à Libreville. Matin Equatorial qui les rapporte, révèle que « l’échange entre les deux personnalités a été essentiellement axé sur les questions bilatérales et régionales, notamment la situation sécuritaire dans la sous-région. Faure Gnassingbé », poursuit le journal pro gouvernemental, « a dit avoir saisi l’occasion pour faire le point de la situation sécuritaire difficile dans la zone de l’Afrique de l’Ouest, notamment des différentes évolutions au lendemain du sommet conjoint de la CEDEAO et de la CEMAC. Se disant heureux de voir son homologue au fait des dossiers d’actualité, le président togolais a insisté sur la nécessité de porter une attention particulière à la situation sécuritaire dans les zones du Sahel, relevant avec désolation qu’elle commence à toucher les pays du Sud, à l’instar du Togo où des cellules djihadistes ont été démantelées ».

« Faure Gnassingbé seul ». C’est le titre qu’affiche à sa Une, Moutouki, très acerbe contre le flou régnant sur l’état de santé du président de la république au palais du bord de mer. « Abandonné par ses amis internationaux malgré les nombreux voyages au premier septennat, Ali Bongo a souffert de traverser sa crise de santé sans l’attention de ses pairs. Seul les fils héritiers sont à son chevet. En témoigne le dernier voyage à Libreville du fils de l’ancien dictateur du Togo, Etienne Eyadema Gnassingbé. A la vérité, bien que la visite du président-héritier togolais ait semblé se focaliser sur des questions économiques et sécuritaires, notamment les prétextes de la zone économique de Nkok et la propagation du terrorisme au sud du Sahara, Faure Gnassingbé est d’abord venu jouer un rôle médical qui ne lui sied pas et un rôle politique qu’il joue si mal ». Car, enfonce l’hebdomadaire proche de l’opposition, « suspecté de n’être plus en possession de ses capacités cognitives et physiques, le fils Bongo est aujourd’hui sommé de prouver qu’il se porte bien. Une rencontre avec la société civile, les confédérations syndicales, les forces vives de la nation et la jeunesse gabonaise préoccupée par une vie difficile serait propre à clore le débat sur l’état de santé d’Ali Bongo Ondimba, à défaut d’une expertise médicale. Tout le reste ne relève que de la diversion ».

"Personne n’est dupe", s’exclame Le Temps qui rapporte dans ses colonnes, un extrait de Jeune Afrique, avec pour titre, "Gabon, le grand flou". « Pourtant reconnu comme domicilié au palais du bord de mer de Libreville, son gros titre se la semaine dernière sonne comme un doute », pointe Le Temps, qui, toujours citant l’hebdomadaire « panafricain », rapporte que « le retour du Chef de l’Etat le 23 mars dernier était censé faire taire les rumeurs sur son état de santé et lancer une nouvelle séquence politique plus apaisée. Mais cela n’a pas tenu plus de deux semaines ». Et l’hebdomadaire de conclure, Faure Essozimna, le Togolais en saurait-il plus que les Gabonais et Jeune Afrique ?


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs