La presse lue par l’Agitateur : Décryptage du discours à la Nation

samedi 6 janvier 2018 Speciales


Le discours à la nation prononcé par le chef de l’Etat au soir du 31 décembre dernier, a été largement commenté par la presse parue cette semaine qui s’achève.

« À l’occasion de son traditionnel discours de vœux à la nation, rapporte le journal Echos du Nord, le président gabonais Ali Bongo a fait une série de promesses. Parmi les plus emblématiques, la promesse de créer 10 000 emplois nouveaux par an pour résorber le chômage dont il a indiqué qu’il était désormais sa « priorité absolue ». Pour donner corps à cet engagement, Ali Bongo a décidé de procéder sans délai à des exonérations totales ou partielles des charges sociales au bénéfice des employeurs. Pour parvenir à créer 10 000 emplois, poursuit le journal, il faut bien plus que des discours incantatoires, mais une stratégique économique ciblée qui tienne compte des spécificités de l’économie nationale, de la nature de sa croissance, si peu inclusive, du caractère structurant du secteur pétrolier sur les autres secteurs d’activités, etc. Se limiter à des actions isolées (comme la seule réduction des charges sociales) serait une erreur qui entrainera un nouvel échec des politiques nationales de l’emploi. L’Etat se doit d’apporter des solutions d’ensemble à un problème global » .

Le président Ali Bongo, au nombre des chantiers pour cet année qui commence, figure la cohésion nationale. Le journal La Loupe y va de son commentaire : « La cohésion, son ‘’ maitre-mot’’. Ça fait ricaner les souris de la présidence, l’opinion nationale déplore un discours sans vision, rempli de promesses qu’il ne peut tenir parce que lui en est incapable et ses collaborateurs sont des « bras cassés » selon le billet Makaya. " La cohésion ? Nullement. Sinon, il aurait libéré les prisonniers politiques, il aurait été d’accord pour une médiation internationale en faveur de la paix au Gabon. Aucun geste d’apaisement et, partant, aucune cohésion nationale ». Regrette le journal.

« Les promesses, renchérit le journal, n’engagent que ceux qui veulent bien y croire et comme dit Lafontaine, « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». A bon entendeur, salut ! » Conclut La Loupe.

« Le sens d’humour d’Ali Bongo » soupire Le Mbandja. « Lors de son discours à la Nation le 31 décembre 2017 au soir, le dictateur émergent, comme à son habitude, n’a pas hésité dans ce qu’il sait faire le mieux, les fausses promesses. Cette fois-ci, l’éducation fait partie des secteurs qu’il a ciblés. Ainsi nous a-t-il fait savoir qu’à partir du mois de mars 2018, les écoles du Gabon connaitront une cure de jouvence avec ce « vaste plan de rénovation des écoles primaires sur l’ensemble du territoire » rapporte à son tour L’hebdomadaire Le Mbandja.
Allocution « très attendue, notamment à cause du climat sociopolitique délétère du moment, elle semble marquer une rupture, tant dans le discours que dans les objectifs. » Souligne le journal Le moustique en colère. « Il a parlé sans détour de la cohésion à rebâtir, de l’emploi des jeunes, de la tenue des législatives et plus globalement des transformations qui allaient débuter sans concession en 2018 », ajoute le journal.
Le quotidien L’Union, dans son éditorial, écrit ceci : « Ali Bongo en homme politique rompu et pragmatique est, à ce titre, fondé à savoir que, dans la période difficile que traverse le pays, les Gabonais requièrent des actions concrètes et fortes. Il le sait et sait qu’il est attendu sur ce terrain. Il reste donc, à tous ceux et celles qui ont la lourde mission de l’aider à la réalisation de son ambition pour le pays, de se mettre au travail, en évitant que les erreurs et errements du passé ne viennent remettre en cause sa parole, celle de chef d’Etat. Et surtout qu’ils ne nuisent pas à la cohésion qu’il s’est engagé à ressouder durant cette année cruciale ».


L’Agitateur

Vos commentaires

  • Le 7 janvier à 09:46, par serges dry En réponse à : La presse lue par l’Agitateur : Décryptage du discours à la Nation

    bjr le decryptage du ce discours d ali bongo fait rigolé parceque il n a rien dit d interresant,il fait des voyage les yeux fermés il ne s impire pas des pays es autres,le gabon mon pays est riche mais sous peuplé ca voudrait ire par la que tout le gabon peut etre electrifier en une seul annee goudronné en une seul annee toute les peuvent chacune avoir une ecole primaire apar qurtier un lycee par arrondisement et deux colleges chaque province peut avoir une université,chaque province peut avoir une station Radiochaque departement peut avoir une usine de transformation du bois et grand depot de ciment du gabon,tous les village doivent avoir une ecole pre prmaireet un lycee et un college par conton ou district or aujourdhuit c est le contraire...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs