La presse lue par l’Agitateur : Bolloré dicte sa loi au Gabon ?

lundi 17 avril 2017 Speciales


Deux sujets ont fait la Une de l’actualité de la semaine écoulée : les pratiques tarifaires hors-normes opérées par le groupe Bolloré dans les deux ports du Gabon (Ndlr : Libreville et Port-Gentil) dont il a la concession de gestion et qui impactent négativement sur le coût de la vie, et le dialogue politique en cours au centre d’une véritable controverse qui divise la classe politique gabonaise.

« Port d’Owendo : Bolloré Africa logistic, l’Etat et les autorités portuaires à l’origine de la vie au Gabon », titre le journal La Une qui ajoute que « le coût d’acconnage exorbitant, coûts fictifs, absence d’infrastructures portuaires développées, rien ne semble freiner la boulimie du groupe français Bolloré au Gabon, quitte à asphyxier les opérateurs économiques et dégrader le panier de la ménagère’ », commente le journal.

« Alors que l’économie gabonaise bat de l’aile, Bolloré Africa logistic a décidé d’augmenter les frais de tarifications portuaires. Il ne fait aucun doute que l’impuissance de l’Etat et des autorités portuaires traduit la complicité de ces derniers. Ce qui justifierait, conclut le journal La Une, que Bolloré se comporte en terrain conquis, au mépris des lois en République gabonaise, et au grand désarroi des populations qui subissent la vie chère’ ».

« Où en est-on, au fait, avec la plainte déposée au Conseil d’Etat par maître Bongo Mavoungou contre le groupe français Bolloré ? Cet avocat du barreau gabonais après une enquête minutieuse avait conclu que la vie chère était le fait des pratiques mafieuses opérées par le groupe Bolloré dans les ports dont il a une convention de gestion ? », s’interroge le bimensuel La Nouvelle République.

Autre sujet dont la presse gabonaise s’est faite l’écho, c’est le dialogue politique en cours.

« La galaxie Ping : une constellation d’astres éteints ? », s’interroge le journal Le Mbandja. « On pensait Billie-By-Nze plus intelligent que ça, mais là nous sommes carrément déçus », s’indigne le journal Le Mbandja. « Oser affirmer, le vendredi 7 avril dernier, que la galaxie Ping n’existe plus et qu’elle est désormais devenue une constellation d’astres éteints, poursuit le journal, relève, ni plus ni moins, de l’analphabétisme politique. Certainement déçus que ni le peuple, encore moins les lourds de la galaxie Jean Ping n’ont mordu à leur dialogue du sang ».

« A mesure que le dialogue politique avance, constate le journal Le Temps, les dessous de ce qui ressemble à une kermesse politicienne s’étalent au grand jour. Donnant ainsi raison à ceux qui estiment que le dialogue d’Angondjé n’est rien d’autre qu’une tentative de légitimer le pouvoir usurpé à coups de kalachnikov, de mitraillette et de gaz lacrymogène. Autant dire que le fameux dialogue politique est un énième subterfuge pour enfariner le bon peuple. La montagne accouchera d’une souris. Les seuls bénéficiaires étant ceux qui, de près ou de loin, se sont associés à cette mascarade politique, en espérant se faire un peu de CFA, comme c’est le cas depuis le début de ces assises, où les associations de tartempions fabriquées de toutes pièces et autres petits escrocs occupent la scène », tempête le journal Le Temps.

« Avait-on besoin d’un dialogue dont les résolutions n’auront pas force de loi, dans un pays qui compte des institutions à même de réfléchir sur l’avenir du pays ? », s’interroge le journal. « En moins d’une semaine, relève pour sa part le journal L’Aube, il (Ali Bongo Ondimba) vient d’essuyer quelques camouflets mémorables. Son dialogue politique, foire populaire plus qu’autre chose, se lézarde et confirme l’échec annoncé de cette concertation mort-née que vient de quitter Moussavou King’ ».


L’Agitateur

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs