La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Les révélations de Mediapart sur un scandale de corruption et le nouveau code de la communication

lundi 4 juillet 2016 Speciales


Des sujets très éclectiques ont alimenté les colonnes des journaux gabonais parus la semaine écoulée. Le quotidien L’Union s’est intéressé notamment au nouveau code la communication adopté par le parlement gabonais :

’Le Parlement vient d’adopter le nouveau code de la Communication marqué surtout par l’abrogation, entre autre ; de toute peine privative de liberté en matière de délit de presse. Autrement dit, plus aucun journaliste ne sera jeté en prison pour ses écrits…’’ Constate le quotidien L’Union. ‘’C’est une victoire pour les communicateurs, mais on craint que certains irresponsables profitent de la brèche pour renouer avec leur sport favori : calomnie, appels au crime, à l’intolérance, racisme, xénophobie et tout et tout. Bref à toutes ces dérives qui fragilisent la cohésion et conduisent les nations à la ruine.’’, Fait remarquer le quotidien L’Union.

L’article du média français en ligne Médiapart sur une sulfureuse affaire de rétros-commissions impliquant le fils de l’opposant Jean Ping et Pascaline Bongo, la sœur du président de la République, a fait l’objet de vifs commentaires dans certains journaux.

‘’Pascaline Bongo et Franck Ping impliqués dans une affaire de corruption. Jean Ping a-t-il joué un rôle dans cette affaire ? S’interroge le journal Le Temps. ‘’Dans l’article publié par ce média français en ligne(Médiapart), le nom de Jean Ping est cité à plusieurs reprises. Ce qui fait dire à plusieurs observateurs de la vie politique du Gabon que ces révélations tenteraient plutôt à discréditer le candidat déclaré à la présidentielle d’août prochain. Surtout du fait du rapprochement de cette affaire impliquant Pascaline Bongo, sœur d’Ali Bongo qui a longtemps été la compagne de Jean Ping..’’ Rapporte le journal Le Temps.

‘’Pour la construction du grand barrage hydroélectrique le grand Poubara, non loin de Franceville dans le sud-est du Gabon, la Galaxie des Bongo-Ping avait touché 8 millions de dollars de commissions occultes sur les 200 millions qu’avait coûtés l’ouvrage réalisé par la multinationale chinoise Sinohydro. A la manivelle de ces opérations en eau trouble, Médiapart cite l’ex amante de Jean Ping, Pascaline Mferi Bongo et son fils aîné, un certain Franck Ping. Lequel serait le trait d’union entre son père et sa belle-mère dans le cabinet de consulting ‘’Ping & Ping’’. Fait remarquer le bimensuel La Nouvelle République.

‘’L’on comprend alors pourquoi au Gabon les grands travaux se heurtent à des embuches dans leur exécution. Au mieux, ils sont sommairement exécutés sinon bâclés du fait des commissions occultes, au pire, ils sont gelés pour des raisons souvent inexpliquées.
C’est le média en ligne Médiapart qui nous éclair sur ces montages financiers hasardeux opérés dans la plus grande discrétion mafieuse. Et ce sont des personnages tels que Jean Ping et sa bande qui aspirent à prendre le contrôle du pays, des gens à la moralité douteuse !’’, commente le journal.

Le soutien annoncé du PDS de Séraphin NdaoRembogo au candidat du PDG à la prochaine présidentielle d’août prochain, le journal l’Objectif s’en est fait l’écho : ‘’Un soutien de poids pour Ali Bongo à Port-Gentil !’’ Clame le journal L’Objectif. ‘’Il faudrait dire que le positionnement annoncé du PDS de NdaotRembogo à Port-Gentil et dans l’ensemble de l’Ogooué-Maritime, augure de perspectives électorales plutôt encourageantes pour le candidat Ali Bongo Ondimba qui disposerait-là, avec le PDG en net regain de forme dans cette région, d’une force politique compétitive et crédible avec un vécu estampillé dans l’opposition et des traces visibles dans la gestion du pouvoir de proximité’’. Commente le journal L’Objectif.

Le journal la Sagaie de son côté s’intéresse à la candidature du leader du Rassemblement pour le Gabon le RPG, Paul MbaAbessole à la présidentielle du 27 août prochain.

‘’Qui a bu boira !’’ Soupire le journal La Sagaie.’’ L’affaire était dans l’air depuis quelque temps. Le vent a fini par souffler et mettre à nu ce que cachaient les plumes arrières de la mère poule. Après avoir longtemps tergiversé, Paul MbaAbessole, le leader de ce qui reste du Rassemblement pour le Gabon, parti de la Majorité républicaine soutenant Ali Bongo Ondimba, qui ne pouvait rater son dernier rendez-vous avec l’histoire, a fini par se jeter à l’eau’’. Constate le journal La Sagaie.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs