La presse gabonaise lue par l’Agitateur : les Fang et Ping

mercredi 2 septembre 2015 Speciales


La sortie tonitruante de Vincent Essono Mengue, maire de la commune d\’Oyem capitale de la province du Woleu-Ntem au nord du Gabon et qui exclut toute candidature fang à la prochaine présidentielle de 2016 au profit de l\’opposant Jean Ping, alimente les colonnes de la presse parue la semaine dernière.

Essono Mengue exclut les Fang de la course", clame l'hebdomadaire Echos du Nord. "La tournée de Jean Ping dans le Woleu-Ntem serait sans doute passée sans bémol si le discours prononcé par Vincent Essone Mengue n'avait pas eu lieu.

Sans porter de gants, le maire de la commune d'Oyem, intervenant au nom de ses attributs de responsable provincial e l'Union nationale(UN), a vertement annoncé que les Fangs ne sont pas aimés dans le pays. Aussi-suggère-t-il que ces derniers se mettent derrière Ping qui possède la solution magique pour faire chuter le régime d'Ali Bongo Ondimba à la régulière, dans les conditions actuelles.", rapporte le journal. "Il reste aussi que, poursuit le journal, ce discours a soulevé des interrogations tant la question des élections au Gabon n'est pas le fait des communautés.

 Il s'agit d'une question nationale qui concerne tous les Gabonais. C'est à chacun de se mobiliser derrière le candidat de son choix et d'accepter parallèlement l'option que d'autres auraient prise. Telles que les choses sont en train de se passer, on ne peut s'interdire de poser des questions sur la sincérité de tous ces soutiens", conclut l'hebdomadaire Echos du Nord.

"Essono Mengue fâche les Fang", se réjouit le journal La DOC. "en s'érigeant en chantre du "tout sauf fang", poursuit le journal, Vincent Essono Mengue a réussi à fâcher la ligue du Nord, de même qu'il a trahit "la pensée collective" selon laquelle les Fang se sentent les mal aimés de tous." En procédant à la victimisation d'un groupe ethnolinguistique qui n'a cessé de jouer les premiers rôles, depuis le Gabon colonial jusqu'à nos jours... tout ça pour servir de marchepied à Jean Ping, le bien-aimé maire d'Oyem, Vincent Essono Mengue est vraiment tombé très bas. Vraiment bas !, s'indigne le journal.

"Le vrai problème est d'abord et surtout celui de la construction d'une stratégie appropriée dans un contexte particulier, tenant compte de l'environnement constitutionnel, c'est à-dire des textes, des acteurs et des enjeux. Ajoute l'hebdomadaire Le Mbandja. Une fois cette stratégie considérée, poursuit le journal, les Gabonais, pour mener les difficiles et pressantes réformes, choiront le meilleur d'entre les fils et filles de ce pays ; qu'il s'agisse d'Ali Bongo Ondimba, d'Oye Mba, de Maganga Moussavou, de Ping ou de Missambo. C'est dans ce choix et dans ce choix seulement que réside la promesse d'un avenir plus harmonieux pour les Gabonais et plus efficace pour le Gabon", conclut l'hebdomadaire Le Mbandja.

"S'il est une évidence qui saute aux yeux de tout observateur de la scène politique gabonaise à propos de l'idée saugrenue et volontairement entretenue d'une possible candidature unique de l'opposition, c'est qu'il n'y a jusqu'ici que les non-initiés pour y croire ou à y adhérer", fait remarquer, dubitatif, l'hebdomadaire L'Objectif.

"Tout est question d'argent, d'accord et de ressentiment. L'argent pour s'attacher l'allégeance de quelques leaders Fang...Avec son immense fortune, Ping n'a pas trop peiné pour le réaliser.", ricane le satirique La Griffe qui estime que" maintenant qu'il vient de finir avec les Fang, il va falloir que Ping aille dire aux Punu, Nzebi, Obamba, Téké ce qu'il leur a réservé, puisqu' apparemment , les Kota n'auront rien car il ne leur a rien promis lors de son rodéo dans l'Ogooué-Ivindo.

 

 

 


L\’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs