La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Le revirement de Valls

lundi 7 novembre 2016 Speciales


Les propos du Premier ministre français Manuel Valls relatifs à la crise post-électorale au Gabon provoquent une véritable levée de bouclier dans les journaux parus la semaine écoulée.

‘’ Dans son rétropédalage, le Premier ministre français demande aux acteurs politiques gabonais de construire l’avenir du pays ensemble. Ce revirement de Manuel Valls vient quelque peu dégonfler le camp de l’opposant jean Ping qui prenait les critiques des officiels français pour argent comptant.’’ Rumine le journal Matin Equatorial.

‘’Le Premier ministre français a purement et simplement indiqué que l’élection présidentielle était passée et que désormais il faut aller dialoguer avec Ali Bongo et préparer les législatives. ‘’ Rappelle le journal Moutouki. ‘’Un vrai coup de tonnerre non seulement dans les milieux diplomatiques, mais aussi dans l’opinion nationale et internationale…On voit bien que les intérêts économiques sont supérieurs aux principes moraux et à l’ordre humanitaire dont la France s’est souvent fait le chantre. ’’ Commente le journal.

« Manuel Valls oublie sa propre histoire », titre Echos du Nord.

« Un tel homme ne peut pas se complaire devant la barbarie qui a cours au Gabon. La défense des intérêts français au Gabon n’autorise pas à passer par perte et profit les nombreux morts par balles. Au contraire, ses intérêts seraient mieux défendus dans un régime démocratique. Comme ils le sont partout où la démocratie a droit de cité. Pourquoi Valls veut faire du Gabon une exception », s’interroge le journal profondément indigné.

‘’Il ne s’agit pas pour la France de légitimer un pouvoir ou de faire le jeu du vainqueur pour apaiser la frustration du perdant, il est beaucoup plus question de faire partager à l’autre ce que la France a comme expérience la plus précieuse en matière de conflit socio-idéologique. C’est par le dialogue qu’elle a vaincu ses démons, la France ne peut que nous encourager à suivre cet exemple. Surtout qu’il ne vient pas d’elle, mais bien de nous-mêmes.’’ Explique le journal le Douk-Douk.

« Mais où sont les sages », s’interroge l’éditorialiste de l’hebdomadaire La Sagaie. « Que faire de ce champ de maïs que devient le Gabon ? Un champ où tout le monde porte finalement la barbe, les sages et les notables des deux sexes et des deux camps ayant déserté les temples, corps de garde et autres « lieux » sacrés de concertation, pour se mêler à la bagarre ? Attendent-ils la tutelle de la communauté internationale aujourd’hui récusée ailleurs ; pour enfin s’asseoir sur une table et discuter sans tabou des affaires du Gabon ? Quelle honte », s’agace le journal.

« Dialogue ou repas des vampires » ? Se demande Le Mbandja.

« Cautionner la tenue d’une messe de Dracula, c’est lui renier sa souveraineté et faire injure aux nombreuses familles dont les membres ont été sauvagement assassinés ou sont portés disparus…C’est cracher sur ces morts et ceux qui ont été et sont meurtris dans leur chair. C’est mépriser ceux qui ont perdu leur liberté ainsi que ceux qui le sont encore. C’est légitimer la fraude, les assassinats, les enlèvements, les séquestrations perpétrées par la junte et lui signer un chèque à blanc pour l’éternité au pouvoir », S’enflamme Le Mbandja

‘’Le Gabon a besoin de quelque chose. Soit d’un grand dialogue soit d’une grande démocratie. Mais le plus certain, c’est que la démocratie donne des garanties d’un vrai dialogue si on respecte les principes de la démocratie. Donc, plutôt qu’un grand dialogue, il faut au pays une grande démocratie, une vraie démocratie’’ conclut le journal Antsia


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs