La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Le retour annoncé d’Ali Bongo

vendredi 22 février 2019 Speciales


En convalescence à l’étranger depuis son accident vasculaire cérébral survenu le 24 octobre dernier en Arabie Saoudite, le Chef de l’Etat gabonais devrait écourter son séjour maladie au Maroc pour un retour express lundi prochain, afin de présider un conseil des ministres, le premier depuis la nomination le 12 janvier dernier du gouvernement Nkoghe Bekale. Si certains jubilent en voyant là une preuve d’amélioration de l’état du président, d’autres, au contraire, restent dubitatifs quant à ses capacités à tenir une réunion de plusieurs heures.

" Ali Bongo Ondimba plus qu’inamovible" , s’exalte Le Soleil pour qui, « le Chef de l’Etat est apparu récemment dans un état qui ne laisse plus de doute sur sa rémission et récupération prochaine de l’ensemble de ses moyens physiques. Ce qui devrait logiquement taire toutes les supputations et autres fantasmes dont se nourrissent ses contempteurs depuis son hospitalisation intervenue à Ryad en octobre dernier  ». Pour l’hebdomadaire, « Ali Bongo Ondimba c’est le sphinx qui renaît de ses cendres ».

"Encore 6 mois sans Ali Bongo"

Ce titre est à lire à la Une du journal Le Temps, qui, citant un média américain, Bloombery, rapporte qu’ « il faut encore 6 mois pour permettre au malade de Rabat de sortir complètement de son accident vasculaire cérébral. A déjà quatre mois passés hors du pays  », écrit Le Temps, « ajoutés aux six mois dont font allusion ses médecins, c’est au total 10 mois, soit près d’un an que le Chef de l’Etat gabonais va diriger le pays de l’extérieur ». S’appuyant toujours sur Bloombery, l’hebdomadaire proche de l’opposition ajoute encore qu’ « Ali Bongo devrait séjourner au Gabon au courant de cette semaine  » pour y diriger un conseil des ministres.

"Nouvelle mascarade"

C’est en tout cas ce que dénonce Echos du Nord qui laisse entendre que ce conseil des ministres devrait, selon ses sources, « se résumer à une longue série de nominations dans l’administration. Puis BOA devrait repartir aussitôt pour Rabat, pour ne réapparaître qu’au mois de juin. Un programme qui laisse penser qu’on risque fort bien d’assister à une nouvelle mascarade en guise de preuve de vie supplémentaire de BOA  », écrit l’hebdomadaire proche de l’opposition, qui conclut qu’il appartient désormais à l’opposition et à la société civile d’exiger qu’Ali Bongo Ondimba ne rentre plus en catimini pour cacher son invalidité à diriger encore le pays.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs