La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Le dépôt des dossiers par les candidats à la présidentielle 2016

lundi 18 juillet 2016 Speciales


Le dépôt des dossiers de candidatures à la présidentielle d’août prochain, constitue le principal sujet commenté dans les colonnes de la presse gabonaise parue la semaine écoulée.

Dépôt de candidature d’Ali Bongo Ondimba ‘’ Vous n’êtes pas seul !’’, clame le journal Le Douk-Douk.

‘’La présence massive des Librevillois (plus de quarante mille personnes selon les estimations), ne peut valoir dire qu’une chose : que les Gabonais comme un seul homme ont décidé de dire non à l’imposture, aux mensonges, aux discours déviants et haineux tenus par les candidats de l’opposition.

Non Ali Bongo n’a jamais été seul, les jeunes, les femmes, les hommes, les enfants du Gabon sont venus affirmer leur attachement à celui qui incarne le renouveau et qui inscrit sa politique dans la droite ligne des fondements laissés par ses prédécesseurs. Comme le stipule la devise de notre pays : Union-Travail-Justice. Changeons ensemble pour bâtir le Gabon en assurant à tous ses enfants les mêmes chances.
Voici le sens de l’échange qui y a eu entre Ali Bongo Ondimba et tous ceux qui sont venus à la place de la paix au rond-point de la démocratie.’’ Analyse le journal le Douk-Douk.

‘’Au mépris de la loi qui interdit l’accès à la compétition à « toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise », l’actuel chef d’Etat est allé remettre son dossier de candidature au président de la Cenap, le week-end passé. Son tête-à-tête avec le président de cette institution serait-t-il la première étape d’un plan de fraude orchestré pour « voler la victoire » que peuple gabonais ?’’ S’interroge le journal La Loupe.

‘’La folklorisation de la vie politique et la dégénérescence en télé-réalité de la fonction présidentielle n’auront jamais été, dans l’histoire de notre pays, aussi sublimement indécentes qu’avec la mandature d’Ali Bongo. Samedi 09 juillet 2016, l’enfant-roi s’est encore mis en scène, transformant en gigantesque feria tropicale, un moment républicain habituellement délié de fantaisie et fort économe en cymbales et tambours. Pour aller déposer son dossier de candidature à la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), il aura fallu à Ali Bongo, pas moins qu’une marche populaire, un meeting et des slogans en guise de réconfort aux partisans d’une majorité aux abois.’’, fait observer le journal La Loupe
.

‘’Un certificat de nationalité pour quoi faire, sinon conforter les soupçons sur la nationalité douteuse d’Ali Bongo ?’’, S’interroge le journal.

‘’La Commission électorale nationale autonome et permanente a reçu, mardi 12 juillet 2016, les derniers dossiers de candidature à l’élection présidentielle prévue le 27 aout prochain, contre récépissé. L’institution que préside René Aboghe Ella procède, depuis lors, à l’examen des pièces fournies par chaque candidat, en vue de la validation des demandes et la publication de la liste des candidatures retenues.

Selon le décompte effectué par certaines sources, à la fin de la journée du mardi 12 juillet, on en était à 19 dossiers de candidatures pour cette élection présidentielle, dont deux pour la majorité, Ali Bongo Ondimba (PDG) et Paul Mba Abessole (RPG) et plus d’une dizaine pour l’opposition. L’un des derniers dossiers enregistrés a été déposé par Dieudonné Minlama Mintogo, président de la Convention nationale de l’interposition. En 2009, ils étaient 23 au départ et 18 étaient restés en course.’’ Rappelle le journal La Sagaie.

‘’Candidat non partant pour défaut d’acte de naissance authentique, Bongo Ondimba Ali (BOA) a quand même déposé sa candidature au siège de la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), samedi 9 juillet, aux environs de 12 heures. Ce qui devait être une occasion festive, preuve d’un soutien populaire, s’est transformé en bataille rangée entre la police et la population invitée par plusieurs organisations de la société civile, pour dire non à la candidature de BOA.’’, observe Echos du Nord.

‘’Devant la petite troupe majoritairement composée de femmes musulmanes, BOA va bomber le torse. En se permettant même des contrevérités. Il sait très bien que le dépôt d’une candidature n’est pas synonyme de sa validation. Il a brandi un récépissé à lamaigre assistance présente comme un trophée, alors qu’il s’agit d’un simple accusé de réception.’’, Renchérit le journal.

‘’A beau lui dire qu’une crise couve dans le pays, et que cette dernière risque de s’aggraver si aucune initiative n’est prise pour apaiser un climat politico-social de plus en plus délétère, il continue à nier l’évidence et parle de « paix », tout en faisant pleuvoir des bombes lacrymogènes sur des Gabonais qui n’en peuvent plus vivre des injustices et des forfaitures.’’, Rumine Nku’u Le Messager.

‘’Le dernier intervenant, Ali Bongo Ondimba, himself, est celui qui est venu encore la faire monter, en exhibant son récépissé de dépôt de dossier de candidature. Et ce fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Par fournées, des milliers de jeunes sortis de nulle part, ont envahi les lieux et il s’en est suivi une panique générale, sous une pluie de bombes lacrymogènes, de cocktails Molotov, le tout s’accompagnant de véhicules caillassés et brulés. Débordés et dépassés par les évènements, les policiers se sont adonnés à la chasse à l’homme, leur sport favori.’’, relève le journal.

‘’Combien seront-ils à déposer les dossiers de candidature à la présidentielle du 27 aout ? ‘’ S’interroge le journal Le Témoin. ‘’Au moment où l’opposition se déchire tels des chiffonniers et pose des préalables à la limite de la provocation, poursuit le journal, les regards des Gabonais seront rivés demain sur le Delta Postal, siège de la CENAP, pour savoir qui a fait quoi, ou qui n’a pas fait quoi.

Le ton est dangereusement monté ces derniers jours entre le camp présidentiel et les futurs candidats à la présidentielle qui se joue dans quarante-sept jours maintenant. Invectives, déclarations tonitruantes, voire incendiaires, sont devenues le lot quotidien, au point que chacun retient son souffle, à un jour de la date butoir du dépôt des dossiers de candidatures. Fait observer le journal Le Témoin.

‘’Ping, Manganga Moussavou, Ngoulakia et consorts ont organisé un meeting dans ce lieu mythique de la capitale pour exiger le retrait du dossier de candidature du chef d’Etat sortant. La démonstration de force a tourné au fiasco populaire.’’, note pour sa part Matin Equatorial.

‘’Annoncé la veille comme une mobilisation monstre organisée pour exiger le retrait de la candidature du président Ali Bongo Ondimba, le meeting de l’opposition effectivement tenu dimanche 10 juillet 2016 à Ntchoréré, dans le 2e arrondissement de Libreville, n’a donc pas été interdit par le ministère de l’intérieur contrairement aux rumeurs distillées à dessein par l’opposition elle-même en vue d’attirer la sympathie de l’opinion et montrer à la communauté internationale que le Gabon constitue une dictature qui contrôle la liberté d’expression.

La manifestation aura été couronnée par un échec sans appel des leaders et partis de l’opposition qui, dans le vaste complexe scolaire de Ntchoréré, n’ont pas pu réunir un seul millier de partisans. La faible mobilisation au cours de ce meeting, qui justifie aussi l’avortement de la marche improvisée par un syndicat étudiant, traduit sans conteste la désaffection des Gabonais pour ces mauvaises sirènes, qui ne se préoccupent pas outre mesure de leurs soucis quotidiens.’’ Analyse le journal Matin Equatorial.

‘’Mais le gouvernement, face aux agissements de cette classe politique qui aspire au « changement », assure que force restera à la loi. Surtout que les Gabonais, dans leur immense majorité, sont profondément épris de paix.’’, conclut le journal.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs