La presse gabonaise lue par l’Agitateur : La tête de Nkéa mise à prix…

jeudi 15 février 2018 Speciales


La presse gabonaise parue la semaine dernière a traité, dans ses colonnes, de nombreux sujets d’actualité. Au nombre desquels, la grève des magistrats qui s’enlise et dont le dénouement est conditionné par la démission du Garde des sceaux, et l’adhésion de l’ancien président de l’Assemblée nationale aux prochaines législatives qui entraîne un véritable séisme au sein de la coalition pour la Nouvelle République dont il est membre, entre autre…

« Francis Nkéa Ndigué, une démission imminente ou la paralysie complète ! », rumine le journal Moutouki. « Après deux mois de grève, constate le journal, les magistrats ne démordent pas : la tête de Nkéa Ndzigué ou rien. La rencontre du Synamag avec le Premier ministre a accouché d’une promesse de déclaration publique du ministre de la Justice. Serait-ce une déclaration de démission ? ", s’interroge Moutouki.« Les yeux et les oreilles sont désormais braqués vers l’avocat d’Ali. Les magistrats ne sauraient se contenter de plates excuses d’un ministre qui se sait désormais en difficulté. La radicalisation du mouvement avec la fin du service minimum n’est pas à exclure si Ali Bongo et Issoze-Ngondet s’obstinent à garder l’actuel Garde des Sceaux en poste », prédit le journal.

« Nkéa Ndzigue va-t-il enfin démissionner ? Comment Ali et Issoze-Ngondet peuvent-t-ils garder cet homme à cette place, ce après deux mois d’activité interrompues dans les palais de justice du pays ? Attendaient-ils une démission de la part du ministre ? », s’interroge à son tour le journal Le Temps. « Toutes les dérives du Ministre de la Justice visent un seul objectif : celui de salir l’image des magistrats et bien évidemment de la justice gabonaise », conclut le journal.

Le journal Ezombolo pose une interrogation à sa une : « Guy Nzouba Ndama, la taupe d’Ali Bongo dans l’opposition ? ». « L’ancien président de l’Assemblée nationale est un opposant du pouvoir. Il est venu dans l’opposition pour ‘’aider’’ Ali Bongo à conserver le pouvoir. Il tient absolument à aller aux législatives pour conférer au pouvoir d’Ali Bongo la légitimité qui lui manque », analyse le journal.

Le journal Echos du Nord a publié sur toute une page une longue interview de l’opposant Guy Nzouba Ndama ancien président de l’Assemblée nationale. Dans celle-ci, il donne les raisons de son adhésion aux prochaines législatives, des échéances pourtant boycottées par la coalition pour la Nouvelle république à laquelle il appartient. Pour Guy Nzouba Ndama, son appartenance à la coalition « n’est pas synonyme d’aliénation de (sa) liberté de penser et d’expression ». Pour lui, « la coalition est un agrégat de consciences hétéroclites qui devaient pouvoir conserver leurs identités, au risque chaque fois de verser dans un dialogisme de convergence qui rendrait nos débats fades et la production des idées peu fertiles ». Et l’homme s’oppose à l’idée d’« une coalition qui deviendrait un principe d’inhibition pour les entités politiques qui la composent ».

Le journal L’ombre qui revient en kiosque après une longue hibernation provoquée sans doute par la mort, il y a quelques années, de son fondateur Patrick Ndoutoum, dresse à sa une le portrait robot d’un membre du gouvernement qui, selon le journal, nourrirait des ambitions au plus haut sommet de l’Etat pour 2023. Le journal publie quelques uns de ses supposés propos et montrent clairement, sans le citer, ses ambitions pour la prochaine présidentielle : « je suis un Ministre extrêmement puissant. A Paris, en privé, j’ai plusieurs fois affirmé que ce n’est plus Maixant Accrombessi qui gérait et que c’est moi qui suis désormais aux commandes. En 2023, Ali Bongo ne pourra plus se présenter. Sinon, il me trouvera en face… ».


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs