La presse gabonaise lue par l’Agitateur : La Démission de Guy Nzouba et la tournée de Ping dans le Haut Ogooué

lundi 4 avril 2016 Speciales


L’opposant Jean Ping, a plusieurs jours durant, sillonné la province du Haut-Ogooué. Dans le même temps, la majorité parlementaire PDG enregistre des démissions en cascade. Le tout couronné par la démission, à la plus grande surprise générale, du président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama. Autant de faits commentés par la presse nationale parue la semaine dernière.

« Jean Ping, le prophète de l’impasse » ; clame le journal Le Thermomètre. « Dans la bouche de celui qui paraît jusqu’ici comme le favori de l’opposition, le propos surprend. Ce discours inquiète même venant d’un ancien président de la Commission de l’Union africaine. Depuis le début de sa tournée des provinces du Gabon entreprise l’année passée, Jean Ping se garde jusque-là de dévoiler son projet de société, se contentant d’assurer qu’il est en train d’être peaufiné. Mais comment ne pas se rendre compte que chaque jour, il dévoile les grandes lignes. Lui qui n’a de cesse d’articuler son discours autour de la place de l’étranger au Gabon. Il est même allé plus loin ces derniers jours en promettant de traquer tous les cafards qui peuplent le Gabon. », relève le journal.

« Pour la présidentielle de 2016, note La Tribune du Grand sud, les observateurs estiment, à juste titre, que le candidat du PDG pourrait voir cet électorat ne pas lui accorder totalement leurs suffrages, à cause de la présence d’autres fils du terroir dans les rangs de l’opposition….Plusieurs Altogovéens qui ont rejoint l’opposition pourraient faire mentir ceux qui pensent que le Haut-Ogooué est acquis automatiquement au candidat du PDG. », analyse le journal La Tribune du Grand sud.

« Si c’est vrai, il faut dire que c’est un véritable exploit. Pour la première fois dans l’histoire de notre pays, un homme politique de premier plan est contraint de démissionner à cause de la pression de la presse. Et Nzouba Ndama l’a clairement admis en l’écrivant noir sur blanc sur la lettre de démission qu’il a adressée au Président de la République », constate le journal Le Douk-Douk.

« Nzouba Ndama met fin au suspens » ; observe le journal L’Objectif. « Barro Chambrier, Michel Menga et Jonathan Ignoumba, vont lancer des escarmouches contre le camp présidentiel. Les loups sortent finalement du bois après l’exclusion du parti de ces trois mousquetaires ; et depuis qu’ils ont été déchus de leur statut de député, le parrain ne pouvait plus rester dans l’ombre. Guy Nzouba Ndama, a donc, depuis l’officialisation de sa rupture de ban avec le pouvoir hier, entrepris un grand bond vers l’inconnu que d’aucuns assimilent déjà, prématurément, à un suicide politique motivé par un instinct de survie. », commente le journal L’objectif.

« Tout est fait pour que le retour d’ascenseur se fasse dans les règles de l’art. » Renchérit Matin Equatorial. L’UN de Zacharie Myboto compterait ainsi soutenir le parent de la province sœur du Haut-Ogooué. Et cette semaine, des signaux annonceraient la tenue de la messe de H&M, avec une grande déclaration pour préciser sa position quant à la présidentielle du mois d’août où il pourrait présenter son candidat : Guy Nzouba Ndama.

« Le Haut-Ogooué sort de la féodalité bongoïste », constate le journal Le Mbandja. « La tournée de Ping peut être considérée comme une grande et première victoire depuis 49 ans, car il vient de sortir le Haut-Ogooué de la féodalité bongoïste dans laquelle elle était embrigadée » ; se réjouit le journal.

« Toujours des vagues dans le camp d’Ali », soupire le journal La Loupe. « Deux semaines après les exclusions arbitraires d’Alexandre Barro Chambrier, Michel Menga M’Essone et Jonathan Ignoumba du PDG, poursuit le journal, les positions sont diamétralement opposées et le ton monte entre PDGistes manipulateurs du palais et ceux téléguidés de la main du parti à Louis. Faustin Boukoubi, un peu requinqué de son retour en grâce, veut désormais faire prévaloir son autorité folklorique de ‘’dépositaire des attributs du parti’’ ».

« Le rassemblement Héritage et Modernité vient de récupérer le Parti démocratique gabonais (PDG) et entend le reformer de fond en comble sous peu. Fait remarquer le journal Echos du Nord. Plus loin, ceux qui l’ont fait roi dans l’hexagone ont définitivement acté la nécessité de son départ…La dernière ligne de l’épilogue de son passage au forceps à la tête du Gabon s’est écrite. Et on y lit : ‘’C’est la fin’’ », conclut le journal Echos du Nord.

« Depuis cette tournée, désormais la peur a changé de camp. Les arrogants d’hier, bras armés du régime émergent, craignent désormais le pire. Prophétise le journal Ezombolo.« C’est ce qui justifie les gestes déplacés comme les barrages de route, le sabotage des ponts, l’interdiction d’utiliser les espaces publics, etc. Ils se sentaient invincibles par la faiblesse des combattants d’en face. Jean Ping vient de relever le défi de sillonner toute la province. », fait observer le journal.


L’Agitateur

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs