La presse gabonaise lue par l’Agitateur : La convention de Ntchoreret

mardi 23 février 2016 Speciales


La Convention organisée le 13 février dernier au complexe scolaire Ntchoreret à Libreville et au terme de laquelle Jean Ping a été désigné candidat d’une frange de l’opposition à la prochaine présidentielle, alimente les colonnes des journaux parus la semaine écoulée.

« L’engouement et la marée humaine que l’on a observés le samedi 13 février 2016 dernier, dans la cour archicomble du complexe scolaire Ntchoreret de Libreville prouvent deux choses : les Gabonais, dans leur écrasante majorité, ont soif d’alternance et de changement puisque la Convention organisée ce jour par Jean Ping et ses nombreux soutiens s’inscrivent dans cette logique. La deuxième chose, c’est que cette alternance et ce changement, les Gabonais les veulent sans heurtset sans violence, avec des règles du jeu démocratique déterminées. Ils veulent donc, ces gabonais, que la prochaine élection se tiennent dans le respect des délais constitutionnels », analyse le Journal Nku’u Le Messager. « Il ne suffit pas de crier à la fraude après le scrutin, il faut se préparer à la limiter et à la contrer. Aucun pouvoir au monde n’a jamais organisé une élection pour la perdre et nul ne peut scier la branche sur laquelle il est assis. » Conclut le journal.

« Tout est dit, l’opposition républicaine, qui veut voter contre le système Bongo/PDG, doit être vent debout contre Ali, qu’elle accuse de vouloir commettre une seconde imposture présidentielle », renchérit le journal La Loupe. « Dans l’urgence, suggère le journal, afin de faire du fauteuil présidentiel une citadelle imprenable pour le PDG, s’aligner derrière Jean Ping devient une position politiquement et diplomatiquement soutenable », estime La Loupe.

« L’élection présidentielle de 2016 approche à grand pas. Et plus le compte à rebours de cette échéance s’égrène, plus augmente le nombre d’acteurs politiques qui aspirent à accéder à la magistrature suprême. » Relève le journal L’objectif.

« C’est devant 30 mille personnes, une affluence plus qu’honorable, mieuxsignificative de légitimité, que Jean Ping, porté par la majorité des regroupements et des personnalités de l’opposition gabonaise, a officiellement annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de 2016. Autour de 5% des Librevillois étaient donc présents. » ; observe le journal le Mbandja.

« L’opposition n’est plus un canard sans tête. Il a dorénavant une tête, Jean Ping, il tient le bon bout », commente le journal La Loupe. « Jean Ping, candidat du peuple » titre le périodique Ezombolo. « Jugeons Ping à partir de son engagement dans l’opposition », soupire le journal.

« Ce qui se murmurait dans les chaumières est en train de se confirmer et donne raison à ceux qui prédisaient, il n’y a pas longtemps la disparition du FOPA : les positions des uns et des autres s’étant avérées inconciliables, Jean Ping a finalement claqué la porte de la coalition et d’aller évoluer vers d’autres horizons. C’est la conclusion de la mini réunion de crise qu’il a tenue avec les membres du groupuscule dit ‘’souverainistes’’, une ancienne branche de l’Union nationale, aujourd’hui totalement détachée de cette dernière. », Constate La Doc.

 

 


L\’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs