La presse gabonaise lue par l’agitateur : L’opposition face à la course à la présidentielle 2016 et les 6 ans D’ABO au pouvoir

lundi 26 octobre 2015 Speciales


La candidature unique de l’opposition à la présidentielle de 2016, les excursions de l’opposant Jean Ping à l’intérieur du pays et la tension dans le camp de l’opposition dont certains membres s’entredéchirent de plus belle sans oublier les soutiens enregistrés par le président Ali Bongo Ondimba lors de sa sortie à l’occasion du sixième anniversaire de son magistère, autant de sujets traités par la presse gabonaise parue la semaine écoulée.

« Si Omar Bongo Ondimba n’avait gouverné le Gabon qu’avec sa famille, lui Jean Ping qui fut pendant près de 20 ans un éminent membre de ses gouvernements successifs, serait donc forcément un membre de sa famille et serait d’office disqualifié pour succéder à son « parent » Ali Bongo Ondimba au risque de perpétuer « le pouvoir par une même famille » qu’il vitupère aujourd’hui. », fait remarquer le journal Le Témoin. « A ce stade, même le dictionnaire de l’inconséquence devient inopérant pour décoder le nouveau et vrai Ping dont le voile est désormais tiré. « Le temps est père de vérité » disait François Rabelais », conclut le journal.

« Comme quoi l’opposition doit éviter le piège de l’arrogance et s’unir pour abréger la souffrance des Gabonais », clame le journal L’Aube.

« Evitons donc les faux débats, car l’histoire montre qu’il y a souvent eu assez à chaque étape cruciale de l’évolution politique du pays et que dans ces cas-là l’opposition a toujours eu la capacité de mener le peuple au changement souhaité par tous. En 1990, à côté d’un Morena Bûcherons dominant et hégémonique, il y avait le FUAPO. On était donc en présence de deux grandes entités politiques ayant chacune suffisamment d’unité et de poigne en sonsein pour qu’elle puisse par sa propre initiative changer le Gabon », rappelle le journal.

« Il serait donc simpliste et naïf, poursuit le journal L’Aube, de croire que c’est parce que l’on aurait 100% d’unité au sein de l’opposition avec un candidat unique que l’on mettrait fin au régime des Bongo. C’est un objectif certes louable comme cela vient d’être démontré. Pour être plus explicite nous dirons que 100% d’unité ne veut pas forcément dire capacité agissante », tranche le journal.

« Vous les faux opposants, je vous mets en garde contre votre roublardise. S’insurge l’hebdomadaire Echos du Nord. « Avec vos appétits pécuniaires boulimiques et votre égoïsme rampant, vous passez le plus clair de votre temps à communiquer au régime les stratégies de vrais lutteurs. Vous êtes de pauvres types !

En tout cas, vous ne disposez plus beaucoup de jours pour choisir définitivement votre camp. Vous ne pouvez pas continuer à nager à contre-courant. Le temps du papillonnage politique est révolu », conclut le journal.

« L’opposition gabonaise parait engagée dans la même stratégie de la chaise vide : refus d’intégrer le Conseil national de la démocratie (CND) en vue de faire aboutir sa demande légitime d’un dialogue politique national inclusif, refus de participer à la réflexion sur la révision de la liste électorale qui détermine en grande partie la transparence de tout scrutin et en interne absence de cohésion sur un minimum d’accords (candidat unique, plateforme d’idées ou programme de société).

L’alternance ne se donne pas mais elle ne s’arrache pas non plus (instabilité, guerre civile). Elle se mérite dans un Etat de droit et qui se démocratise. Ce qui suppose une attitude responsable de la part des formations politiques en compétition avec le pouvoir. Le raccourci facile n’étant pas de crier au « hold-up » électoral d’un scrutin à l’autre. Quand les mauvaises habitudes ont la peau dure » analyse le journal Le Thermomètre.

« Humilité voilà ce qui désormais devra davantage caractériser ceux à qui le président Ali Bongo Ondimba a confié une parcelle de pouvoir et qui parlent en son nom. Il s’agit de savoir traiter les militants et tous les autres compatriotes avec respect ; savoir éviter les frustrations et autres humiliations inutiles, comme cela a souvent été observé lors des six dernières années. Humilité ici signifie aussi savoir considérer les autres au-delà du rang et de la fortune, étant donné que lors d’une élection toutes les voix se valent même si elles ne sont pas récompensées de la même manière. C’est le moment pour chaque proche d’Ali Bongo Ondimba de faire son introspection. La suite dépendra forcément de tout cela », commente le quotidien L’union.

« Le président de la république et l’ensemble des forces politiques qui soutiennent son action ont de la plus belle manière célébré ce 6ème anniversaire, le dernier avant de se lancer dans les stratégies pour consolider le soutien des populations dans la perspective de s’offrir un 2ème mandat », fait remarquer le journal le Douk Douk.


L\’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs