La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Confusion dans la distribution des bons de caisse

samedi 21 juillet 2018 Speciales


L’opération de mise sous bon caisse des Agents publics n’a pas fini de faire parler d’elle, notamment la confusion observée dans les décotes. Sans compter certains Agents qui n’ont pas retrouvé leurs bons de caisse, après de longues heures d’attentes. Ajouté à cela la suppression des primes de servitude, de spécialité, de technicité, mais aussi des coupes importantes dans les salaires des fonctionnaires. Ces derniers ne décolèrent pas et dans la presse locale, les commentaires fusent.

Selon le site d’information en ligne, Gabonactu, certains fonctionnaires sont étonnés de ce que leurs salaires aient été amputés de plus de moitié. Le site en ligne relaie pour cela les propos d’une femme qui se dit surprise de constater que son salaire du mois ne lui permettra plus de couvrir ses charges habituelles. « Je travaille dans une structure hospitalière. J’ai constaté, pour le déplorer, la disparition de ma prime de servitude. C’est étonnant car dans les mesures d’austérité annoncées, il n’était pas prévu la suppression des primes. Notre prime est un acquis de longue lutte. Il n’est pas question qu’elle soit retirée de notre traitement salarial ».

Gabonactu rapporte également qu’un agent qui percevait un salaire de près de 800.000 FCFA a été étonnée de ne retrouver que 400.000 sur son bon de caisse. Une confusion relayée par le journal Echos du nord, qui dans sa parution du jour, titre sur "Ces dirigeants qui mentent à leur peuple", en affichant sur toute sa largeur, les photos du président Ali Bongo Ondimba et de ses ministres du Budget Jean Fidèle Otando, de la Communication, Guy Bertrand Mapangou, de la Fonction publique, Ali Akbar Onanga et de l’Economie, Jean-Marie Ogandaga. Echos du Nord critique vertement leur excès de communication, sans toutefois dire au peuple les causes réelles de ce qui a conduit le pays à cette « catastrophe ».
A en croire cet hebdomadaire proche de l’opposition, il n’y a pas d’autre coupable, la cause de ce « dérèglement du fonctionnement de l’Etat » est bel et bien Ali Bongo.

Dans les rangs des syndicats, Dynamique unitaire, le Synamag, syndicat des magistrats du Gabon et le syndicat des travailleurs du secteur public et privé ont déjà annoncé qu’ils n’accepteront pas les mesures prises par le gouvernement. Pour eux, il n’appartient pas à l’agent public de payer pour la mauvaise gestion de l’Etat.
Une détermination syndicale un peu déroutée par la mobilisation des fonctionnaires qui ont répondu massivement présents à la distribution des bons de caisse.

"Retrait des bons de caisse : Dynamique unitaire a échoué", affiche en Une, le site d’information Gabonreview. Le quotidien en ligne estime que « le soutien de Jean Ping aura été vain. Dynamique unitaire a échoué à mobiliser les fonctionnaires gabonais autour d’une cause quelle croyait commune : le refus des mesures gouvernementales visant à réduire le train de vie de l’Etat et à relancer l’économie nationale. Jean Rémy Yama et ses compagnons avaient appelé les Gabonais « à la réaction et à la riposte » en vue de contraindre le gouvernement à reculer. Ils n’ont pas été entendus », écrit Gabonreview.

Le Nganga pour sa part fustige une stratégie de deux poids deux mesures, avec ce titre : "Ces privilégiés qui n’ont pas été touchés". Pour Le Nganga, ce plan d’austérité est injuste car il laisse à l’abri, certaines institutions dont les budgets des dotations étonnent par leurs coûts exagérés. On peut citer la présidence de la république qui coupe à elle seule « 27 milliards de FCFA pour la garde républicaine et 42 milliards au titre de l’équipement des forces de Défense ». Un traitement insupportable pour Le Nganga.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs