La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Cabale judiciaire contre Ping ?

jeudi 26 octobre 2017 Speciales


Les démêlés judiciaires de l’opposant Jean Ping empêtré dans une affaire de diffamation qui l’oppose, depuis deux ans, à Hervé Patrick Opianga et dont le jugement sommait l’opposant de verser au plaignant la bagatelle de 600 millions de FCFA en guise de dommages et intérêts, affaire ayant conduit à la saisie, par exploit d’huissier, des biens de Jean Ping dont son domicile des Charbonnages, alimente les colonnes de la presse parue la semaine écoulée.

‘’Ali et Opiangah recouvrent leur argent avec des cagoules !’’ Tempête le journal Le Mbandja qui poursuit : ‘’pour la première fois dans l’histoire du Gabon on retiendra que l’huissier d’un chef de l’Etat est, certainement sous les ordres de son patron, allé réclamer la dette de ce dernier avec des gens cagoulés…Acculé par la détermination de Jean Ping à revendiquer sa victoire supposée à la dernière présidentielle, le pouvoir politique a trop souvent recours à la justice. Cherchant à se faire mousser, Mohammed Mhintcho Soufiano et Hervé Patrick Opiangah ont flairé le filon. Du coup, ils se sont engouffrés dans la brèche…mais cette instrumentalisation de la justice à des fins politiciennes est de nature à raviver les tensions au sein de la société. De toute évidence, au fil du temps, on s’éloigne de la recherche de l’apaisement’’, analyse le journal Le Mbandja.

‘’Avec un peu de réflexion, il serait difficile d’amener Ali Bongo sur les chemins escarpés de la sérénité dans la Nation’’ renchérit le journal L’Aube. ‘’ En s’attaquant à Jean Ping avec des méthodes aussi abjectes, fait du vainqueur de la dernière présidentielle une victime de la barbarie d’Ali Bongo dont le harcèlement suscite la compassion de tout un peuple’’. Commente le journal L’Aube.

‘’Au moment où des pressions sont en train de s’exercer sur Jean Ping pour une des affaires les plus rocambolesques, où la justice gabonaise a réussi, sans effort et rien que par le jeu de l’arbitraire, parce que BOA contrôle la justice, à faire de l’agressé un agresseur. Mais, pire, à organiser autour de ce procès la spoliation, sous une forme aux apparences de légalité, de Jean Ping. La sentence de Freedom House a le mérite de mettre la lumière sur le climat invivable qui prévaut au Gabon depuis plus d’un an.’’ Commente le journal Echos du Nord.

La Loupe quant à elle estime que : ‘’ dans cette affaire qui oppose Jean Ping à Hervé Patrick Opiangah, ce sont les jeunes qui avaient cité le nom de ce dernier à la télévision, comme étant la personne qui les avait envoyé assaillir et attaquer le domicile de Jean Ping… Quand tu traques, jusqu’à le dépouiller de ses biens en instrumentalisant la justice et les forces publiques qui sont entre tes mains, tu prouves par là ta lâcheté et ton incapacité à diriger le pays’’, conclut le journal.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs