La presse gabonaise lue par l’Agitateur : Ali Bongo dans le Grand Nord et la question de la candidature unique au sein de l’opposition

mardi 8 septembre 2015 Speciales


La troisième visite du président Ali Bongo Ondimba dans le Woleu-Ntem, au nord du Gabon où il a posé la première pierre du stade d\’Oyem et procédé au lancement du projet Graine, et la crise politique qui mine les rangs de l\’opposition gabonaise divisée par l\’idée d\’une candidature unique à la prochaine présidentielle, alimentent les colonnes des journaux parus la semaine écoulée.

L'hebdomadaire MATIN EQUATORIAL s'intéresse à la troisième visite du président dans le nord du pays. "Cette troisième visite officielle du président Ali Bongo Ondimba au Grand Nord, écrit le journal, après celles de 2011 et 2013, revêt une grande importance. D’abord, parce que le Woleu-Ntem va abriter l’un des stades de la CAN 2017 que le pays organise. Ensuite, la région est l’épicentre d’un certain nombre de projets agricoles, à l’instar du projet GRAINE. Pour certains observateurs, cette visite a une forte tonalité économique et sociale. Elle offre aussi, sur le plan politique, une autre occasion au président Ali Bongo Ondimba de réitérer son appel à tous les Gabonais de dépasser les intérêts personnels, claniques et ethno-régionalistes, pour privilégier les valeurs de paix et d’unité nationale. Et l’exemple leur vient bien d’en haut.", commente Matin Equatorial.

"En lançant mardi 2 septembre ce projet dans le septentrion, Ali Bongo Ondimba vise la réduction de la pauvreté et des inégalités sociales dans cette partie du pays.", analyse l'hebdomadaire L'Objectif. Une initiative saluée par de nombreux Woleu-Ntemois qui y voient une deuxième période de prospérité de la cacao-culture et la caféiculture." fait remarquer le journal.

"Lancé en décembre 2014, explique le journal, le projet GRAINE a pour but de mettre fin à l’importation massive des produits alimentaires et de lutter contre l’insécurité alimentaire. Pour la réussite de ce projet, le Gabon a conclu avec le groupe Caterpillar un contrat de livraison de 475 bulldozers pour un coût total de 140 millions de dollars US.

En dehors de la lutte contre l’insécurité alimentaire, le projet GRAINE favorise un véritable retour à la terre et une lutte efficace contre le chômage des jeunes avec à la clé la création de 20.000 emplois.", conclut le journal. "Il n’empêche, poursuit le quotidien L'Union, la cérémonie avait une saveur particulière. Tant elle est venue achever le long feuilleton de polémiques cuites et recuites, depuis plus d’un an, entre le maire d’Oyem, Vincent Essono Mengue et le premier ministre, Daniel Ona Ondo. Le premier n’ayant pas apprécié la délocalisation par le second, en dehors des limites urbaines, du site qui va abriter l’impressionnant édifice de 20 500 places, destinées à accueillir la prochaine Coupe d’Afrique de nations de football, Gabon-2017.

C’est donc, à l’évidence, un soulagement de voir déboucher ce projet au murissement difficile où la lucidité, le bon sens et l’intérêt général ne sont pas beaucoup imposés. Dans tous les cas, le chantier est enfin bien parti.", conclut le journal

"Oyé Mba candidat de l’UN", clame le satirique La Griffe

"L’ancien Premier ministre a lancé officiellement sa candidature dans la province de l’Estuaire. Persuadé qu’il sera le candidat, in fine, de l’Union nationale…", constate le journal.

"Il faut dire qu’à l’écouter, poursuit La Griffe, elle est vraiment inébranlable cette détermination. Tant et si bien qu’au détour d’une question concernant le positionnement des deux dignitaires Fang précités, la réponse est plutôt tranchante. C’est qu’Oyé Mba, rappelle-t-il, est cofondateur de l’Union nationale. Traduisez : il n’est pas un simple militant comme Essono Mengue ou un SPF(sans parti fixe) comme Ndemzo’Obiang. En petit comité et certainement bientôt en public, Oyé Mba le dit : il n’y aura jamais une candidature unique de l’opposition. Pour la simple raison, croit-il, que l’Union nationale, en sa qualité de première formation de l’opposition et locomotive de la contestation depuis 2009 ne saurait se transformer en simple spectatrice d’une compétition électorale aussi importante. Encore moins en simple « pourvoyeuse de voies à des néo-opposants » qui ont brillé, durant les périodes chaudes, par « leur silence complice » (cas de Ping) ou par leur collaboration avec l’ennemi. Les Vichystes se reconnaitront….", commente le journal.

"les Myboto, Oyé Mba, Ping, Moukagni,…doivent mettre de côté leurs égos pour mener une épreuve de force contre « ce type-là ».", suggère l'hebdomadaire La Loupe. "Il est tout, sauf un enfant de cœur.", poursuit le journal. Paulette Missambo-par ailleurs-compagne de Casimir Oyé Mba doit trouver les mots justes pour rassembler tous les hommes autour des principes fondateurs du front. Ping a montré son poids politique, Myboto a démontré sa tempérance face aux attaques, Moukagni-Iwangou a étalé sa maitrise des mécanismes juridiques et sa détermination…Vous êtes tous bons ! Alors, on arrête et on se retrouve, entre Gabonais pour relever le défi de la cohésion.", conclut le journal La Loupe.

"Les nuages qui prédisaient un violent orage dans la galaxie du Front uni de l’opposition pour l’alternance(Front) seraient peut-être en train d’être dissipés.", estime l'hebdomadaire Echos du Nord.

"Ce qui s’est passé la semaine dernière serait de nature à mettre les deux entités de nouveau sur la même longueur d’ondes. Il y a eu l’appel de Bitam. Des notables, reconnus pour la majorité d’entre eux comme membres de l’Union nationale(UN), se sont clairement prononcés pour que les militants des partis dont les leaders ont signé la charte du Front soient appelés à trancher, dans le cadre d’une primaire, la question de la candidature unique du Front. Les efforts convergents de l’ensemble du Front vers cet objectif de mise à plat des institutions viennent de trouver un allié de poids : la société civile gabonaise. Les assises qu’elle vient de tenir pendant trois jours la semaine dernière à Libreville ont programmé des actions pour atteindre cet objectif. Les leaders du Front gagneraient à appuyer cette bataille, en relayant auprès de leurs sympathisants les initiatives qu’envisage d’entreprendre la société civile dans ce sens. En sera-t-il ainsi ? Il faut l’espérer pour l’avenir du Gabon"., relève Echos du Nord

L'hebdomadaire L'Aube a quant à lui consacré ses colonnes aux Assises nationales de la société civile. "Déluge de recommandations", clame l'hebdomadaire L'Aube.

"Marc Ona Essangui et ses pairs se sont retrouvés du lundi au mercredi dernier à la chambre de commerce de Libreville pour diagnostiquer le mal gabonais et bâtir des stratégies pour améliorer de manière significative notre vivre-ensemble à l’aune des attentes des Gabonais. La théorie va-t-elle faire place à l’action ?", s'interroge le journal.

 


L\’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs