La MOE apostrophe le pouvoir mais recommande le dialogue

mardi 13 décembre 2016 Politique


La Mission d’Observation de l’Union Européenne a présenté son rapport final sur l’élection présidentielle au Gabon ce lundi 12 décembre 2016 à l’hôtel Radisson de Libreville. Le rapport dénonce un bon nombre de défaillances et d’incohérences mais loin des attentes de l’opposition gabonaise, il recommande le dialogue.

Loin des attentes de l’opposition radicale gabonaise conduite par Jean Ping qui prévoyait des conclusions et recommandations incendiaires dans le rapport de l’Union Européenne. Il en a été autrement, « Ce rapport final exhaustif présente de façon détaillée l’ensemble de nos observations et conclusions sur le déroulement du processus électoral, que nous avons en partie exprimé auparavant. Notre observation a mis en exergue des défaillances importantes du processus électoral… dans une démarche constructive, notre rapport final soumet des recommandations, pour renforcer le processus de démocratisation du Gabon  » a déclaré Mariya Gabriel, Chef de la Mission de l’Union Européenne.

La Mission d’Observation de l’Union Européenne, a eu dans sa ligne de mire la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP) et la Cour Constitutionnelle à qui elle attribue de fortes défaillances. La province du Haut-Ogooué, au centre du conflit électoral demeure, de par de nombreuses incohérences relevées par la Mission d’observation, une épine dans le pied de la CENAP (95% de vote en faveur d’Ali Bongo et près de 100% de participation). Le manque de confrontation par la Cour constitutionnelle des procès verbaux utilisés par la CENAP avec ceux recueillis par les parties ainsi que le manque d’accès des observateurs nationaux et internationaux aux étapes clés du processus du règlement du contentieux à la Cour constitutionnelle jettent un doute sur la crédibilité du rendu de cette institution.

Pour sortir de ce carcan, 11 recommandations ont été émises par la mission d’observation, de fortes réformes qui touchent principalement et prioritairement les institutions en charge de l’organisation des élections avec notamment le renforcement de l’indépendance de la justice et de la CENAP, une grande transparence de l’administration électorale. Des recommandations aux autorités gabonaises à respecter les normes internationales relatives à la liberté d’expression, à réviser la Loi sur les réunions publiques de 1960 afin de garantir pleinement la liberté d’assemblée et la conduite d’une enquête indépendante sur les violences qui ont fait suite au scrutin du 27 août dernier.

« Les recommandations de la MOE sont une manifestation concrète de la volonté de l’Union Européenne de travailler avec toutes les parties prenantes afin d’améliorer le cadre électoral et de rétablir la confiance dans des élections crédibles, transparentes et crédibles  » a déclaré Mariya Gabriel qui a toute fois recommandé le dialogue « Il appartient aux gabonais de trouver des solutions dans le cadre d’un dialogue afin d’y remédier, y compris en vue des prochaines législatives ».

La Mission d’Observation Electorale de l’Union Européenne a été déployée du 12 juillet au 30 septembre 2016. Prêt de 73 observateurs ont visité 260 bureaux de vote, soit 10 pour cent du total, répartis sur les neuf provinces du pays. La publication du rapport final conclut le travail de cette mission.


Tony Muru

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs