La fièvre monte et monte encore !

lundi 8 août 2016 Speciales


On en est actuellement à se demander de quoi seront faits les lendemains, le Gabon entrant en fin de semaine dans une période d’exception, au sens où sera lancée la campagne pour la présidentielle du 27 août prochain, qui ne sera pas, à entendre la rue parler, semblable à celle de 2009.

C’est ce qui laisse penser qu’il y’ aura, pour reprendre un observateur averti, du sport. Du sport, cela veut tout simplement dire que les différents états- majors de campagne qui voudront en découdre les uns avec les autres s’il est démontré qu’ils ne défendent pas les mêmes positions, ne se feront pas de cadeau et des vérités, même parmi les plus cachées et secrètes, risquent d’être révélées au point de pousser les plus allergiques à sortir de leurs gongs, ce qui prédispose le pays à vivre peut- être des moments aussi chauds que palpitants.

A suivre le traitement réservé à la question électorale dans son ensemble par plusieurs médias, la plupart, qu’ils soient au service du pouvoir ou engagés à défendre les opinions de l’opposition pour contrecarrer les premiers cités, on se rend bien compte qu’on n’est pas loin de l’explosion si seulement les nerfs des politiques et des populations sont mis à rude épreuve. Surtout que la gabonité du chef de l’Etat pose encore problème dans l’esprit de ceux avec qui il doit composer dans un système réellement démocratique qui impose la diversité de tons et la tolérance. Est- il sûr à ce moment que les opposants les laissent, lui, et tous ceux de son camp, dormir sur leurs lauriers ? Pas si sûr que cela, mais attention, certains avançant que ce sont les enfants du bas peuple qui se retrouveront dans la rue pour manifester et prendre sur leur corps les balles, même perdues des flics, gendarmes et autres militaires, qui auront reçu l’ordre, comme le diffusent des messages sur certaines chaînes de télévision, de tirer sur la foule des « récalcitrants ».

Où sont donc passés les projets de société pour ce qui est de l’opposition et le bilan pour le pouvoir qui vient de gérer le pays pendant sept ans, sept ans sous le signe de « l’Avenir en confiance », le programme sur lequel a été élu Ali Bongo Ondimba et dont on attend qu’il décline l’exécution aujourd’hui, pour éviter les interprétations parfois fantaisistes ? Parce que, comme l’on a coutume de l’entendre dire, le futur se construisant dans le présent, c’est celui- ci qui en détermine les contours ou le sort. Pour permettre aux Gabonais de voir clair, il faut que les politiques se soumettent à ce sacro- saint rituel qui leur impose cette posture à travers laquelle ils se dévoilent en même temps qu’ils dévoilent leurs intentions pour le Gabon. Et c’est en se basant sur les effets que cet exercice procure que les populations vont sereinement aux urnes, rendre à chacun ce qu’il mérite.

Que vient donc faire la violence dans un tel débat qui devrait n’exister qu’au niveau des idées pour être mieux compris, apprécié et justifié. C’est dire qu’un chef d’Etat est celui qui attire beaucoup plus vers lui les populations que les adversaires, c’est ce qui légitime son pouvoir et le rend de facto crédible aux yeux du plus grand nombre, sinon de tous ses compatriotes.

Aujourd’hui, plus qu’hier, les Gabonais veulent aller à la conquête d’un mieux- être toujours promis, mais jamais réalisé à la vérité, c’est pourquoi ils tolèrent de moins en moins qu’ils soient traités comme du bétail et soient parfois poussés, contre leur gré, à agir comme les moutons de panurge qui suivent instinctivement le premier à s’être jeté à l’eau. Ceci pour avancer à l’endroit des politiques qu’ils ont un devoir d’agir au nom du pays et de son peuple pour mériter ce qui leur est rendu par ce dernier par le truchement du vote et pour affirmer qu’il serait vain de nos jours de s’installer dans une logique de tricherie ou de terreur pour accéder à la magistrature suprême, car l’avenir n’hésitera pas à vous révéler d’où vous venez et quelle conduite il fallait tenir !


Dounguenzolou

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs