La chronique de l’Agitateur : Santé publique, le Gabon met le paquet mais…

vendredi 3 juin 2016 Speciales


En matière de structures hospitalières modernes, dans toute la sous-région d’Afrique centrale, le Gabon a pris de l’envol. Libreville à elle seule compte déjà trois Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) aux standards internationaux équipés d’un matériel de dernière génération. Un quatrième encore en chantier, est en cours de finition.

Le CHUL dans sa deuxième phase de transformation a été inauguré lundi dernier par le président Ali Bongo Ondimba qui, en matière de santé publique, a une vision innovante. L’objectif, à terme, est de faire en sorte que les Gabonais reçoivent des soins de qualité dans les mêmes conditions sanitaires que dans les pays occidentaux.

Il s’agit aussi de réduire le nombre d’évacuations sanitaires vers l’occident. C’est pourquoi, pour ce qui est de la troisième phase de transformation du CHUL, il est prévu un plateau technique capable d’assurer des transplantations d’organes ici même à Libreville. Aujourd’hui par exemple, il est déjà possible de placer des pacemakers à nos patients ayant des antécédents cardiaques. Donc plus besoin d’aller en Europe. C’est déjà un début qui rassure pour l’avenir de notre système de santé.

Ces CHU et leurs équipements de pointe,nc’est un des paris gagnés par l’émergent en chef. Mais ces CHU ne doivent pas occulter deux préoccupations de taille : l’entretien et l’accueil. Ce n’est pas tout que d’avoir des structures sanitaires modernes encore faut-il en faire un bon usage. Et pour ce matériel de pointe, ils sont combien ayant l’expertise pour son utilisation.

Un scanner dernière génération a été livré au CHUL. Il n’est pas exclu qu’on nous apprenne un bon matin qu’il est hors service ou qu’il a pris une autre direction. Les CHU c’est bien mais a-t-on seulement formé ? La faiblesse de nos structures sanitaires c’est le déficit de spécialistes. Ils sont combiens de spécialistes et pour combien de Gabonais ?
Un spécialiste pour mille Gabonais ? Avec ça doit-on se gargariser de nos CHU ? Ils sont combien d’ingénieurs formés dans l’entretien du parc technique ? Les plateaux techniques modernes ne suffisent pas, il faut former des ingénieurs dans ces métiers techniques.

Quant à l’accueil des patients, ça c’est une autre paire de manche. C’est d’ailleurs en connaissance de cause que le Directeur général du CHUL, le Dr Bayi, lors de son mot de circonstance à l’inauguration, a insisté sur l’accueil des patients. Car la désinvolture de certains membres du corps soignant laisse à désirer. Les patients sont le plus souvent maltraités, stigmatisés, insultés comme si tomber malade était un tort ou une extrême fatalité. Non seulement ils vous spolient mais vous traitent comme des moins que rien ! Vous avez besoin de rencontrer un spécialiste, on vous donne rendez-vous dans trois mois. Vous avez le temps de crever de votre belle mort. A moins, pour être reçu, d’aller vous saigner dans leurs cliniques privées où ils passent l’essentiel de leurs temps. Ah les salopards véreux !!!


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs