La Chronique de l’Agitateur : Quand Chantal Myboto l’ouvre…

jeudi 24 mars 2016 Speciales


Oh, la douce Chantale Myboto ! Elle aurait pu continuer à n’être que l’épouse Gondjout que personne n’aurait fait attention à elle tellement le personnage est si insignifiant , exceptées ses parties érogènes sur lesquelles tout hétéro peut loucher.

A force de vouloir se mettre sous les projecteurs des médias pour jouer les politiques de pacotille, elle a fini par se griller. La semaine dernière, cette dame a fait une sortie pour le moins pitoyable ! Les quelques têtes de nœuds venus l’écouter au siège de l’Union nationale sis à l’ancienne SOBRAGA, avaient bêtement cru en un grand déballage des secrets d’Etat tenus jusqu’ici top secret.

Elle qui a passé une bonne partie de sa vie dans l’intimité du vieux Omar, avait pourtant promis de faire partager aux Gabonais ce qu’elle savait de l’actuel président, Ali Bongo Ondimba. Lorsqu’elle a ouvert son museau, c’est pour nous débiter une salve de lieux communs aussi ridicules que déconcertants. L’ennui chez ses convives était palpable. Elle a blablaté longuement sur la filiation d’Ali, sur la réunion secrète au cours de laquelle Ali aurait été, du vivant de son père, désigné par des Français comme le digne héritier du trône de son père et le seul capable de défendre les intérêts de la France. Avec ça, la dame s’est vraiment masturbée devant ses convives moins captivés par ses élucubrations dignes d’un sujet atteint de délirium très mince.

Cette fille de très mauvaises mœurs est loin d’être un exemple de probité. Elle est donc très mal placée pour donner des leçons, elle qui, comme son géniteur, a contribué à piller ce pays. Comme il est souvent facile d’oublier son triste passé ! C’est une donnée constante chez certains arrivistes ! Quels sont les faits d’arme de Chantale Myboto si ce n’est sa plastique ? Sur quoi tient son arrogance de petite parvenue ? Cette dame, c’est l’incarnation de la débauche. Elle qui, dans les années 80, avait été admise à L’ENA Paris par lettre recommandée, poussant le Directeur de l’établissement, non content de cette entorse à la réputation de cette école, à rendre son tablier. Quelle ne fut pas la grande déception de la petite communauté gabonaise condamnée désormais à raser les murs lorsque cette affaire a fait tache d’huile ! Quel étudiant gabonais qui, après ce fait insolite, pouvait encore être fier de son pays qui transposait là les pratiques qui, en Europe, sont perçues comme des curiosités imbéciles ! C’était vraiment honteux !

La famille Myboto qui s’adonne à un chantage et remue terre et ciel pour arracher un bon paquet d’argent à la famille Bongo par son rejeton interposé, a semble-t-il oublié d’où elle sort. Fille de petit instituteur, placée par papa pour qu’elle devienne l’épouse du vieux Omar, papa était rentré dans une colère noire lorsque c’est plutôt Edith qui l’avait coiffé au poteau ! Depuis lors, elle a accumulé frustration sur frustration. Sans honte, elle réclame 63 milliards de l’héritage des Bongo. Tout ce que la famille Myboto a pompé tout le long du règne omarien du temps de sa magnificence lorsque papa était presque la deuxième personnalité du pays et lorsque la fille de son père était la dulcinée, ne suffit donc pas à étancher cette soif maladive de s’enrichir !


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs