La chronique de l’Agitateur : Ntoum, le grand désastre !

mercredi 19 décembre 2018 Speciales


Une chaîne de bistrots s’étale dans des rues insalubres ; la horde de malfamés habitués à voir l’horizon s’assombrir jusqu’au crépuscule, le regard brumeux, constitue l’essentiel de la clientèle qui hante ces lieux tels des zombies ; des voiries burinées comme au marteau piqueur, présentent l’image d’une ville usées par les intempéries et l’âge ; des bâtisses à l’architecture quelconque, bricolées par des mains inexpertes et sur la façade, desquelles trône surélevés des triangles qui donnent à l’ouvrage une forme pyramidale… Bref, un tel décor qui relève du surréalisme, fait de Ntoum une petite merveille dans le genre de l’inesthétique.

Ce grand maquis à ciel ouvert nous apparait telle une réplique grandeur nature des camps de mineurs nègres sous la coloniale. Quel est ce génie à l’origine de cette forme architecturale défiant les lois de la norme esthétique ? Sans doute un Jean Nouvel des tropiques qui à un goût singulier de l’esthétique voire un descendant d’esclaves sous la captivité des Pharaons Egyptiens ou un adepte de la secte franc-maçonnique, ce rassemblement d’illuminés butés par le sentiment d’être le nombril du monde. La présence de ces triangles lugubres sur toutes les toitures ou presque qui bornent les voies principales de Ntoum, amplifie l’horreur visuelle qui suscite curiosité chez tous ceux qui passent par là.

C’est à se demander si l’inspirateur de cette connerie exemplaire, en imposant ces figures géométriques sur toutes les façades avant, ne veut pas transformer cette bourgade en un lieu de rite maçonnique. Interrogés sur cette catastrophe esthétique qui sinistre davantage les lieux qu’elle ne l’embellie, certains commerçants, emmurés derrière un anonymat prudent, reconnaissent qu’il s’agit là d’une injonction d’un certain Juste-Parfait Otoghe Biyoghe, Maire de cette petite commune qui, sans doute, a voulu y laisser les traces de son passage sur terre afin que la postérité s’en souvienne. Par cette tragédie visuelle, l’homme, dit-on, veut faire la différence afin que sa commune soit au dessus de la mêlée. Vue comme tel, pourquoi donc n’avoir pas érigé son buste sur toutes les toitures ou dans les carrefours, histoire de bien marquer cette différence ?

Ainsi les usagers s’en souviendront qu’ « ici a régné un certain Juste-Parfait Othoghe Biyoghe », gravé en lettre d’or. Ainsi sa descendance sera fière d’avoir eu un ancêtre de son calibre et Ntoum deviendra ainsi un lieu de pèlerinage à l’instar de Louvres en France. L’individu a tout d’un monarque en herbe qui, faute de régner par la terreur, impose sa vision étriquée à ses administrés. Quelle idée d’imposer de telles bizarreries d’un ridicule déconcertant ! Qu’il s’impose à lui-même ce qui, à nos yeux, est une distorsion de la norme esthétique, peut se comprendre et c’est son droit d’apporter une touche singulière à cette commune. Mais transporter une telle idiotie dans la sphère publique qui impose un peu de rigueur esthétique, est d’une incroyable stupidité. L’individu est-il au fond un architecte raté au point que des réminiscences de cette vocation avortée interfèrent dans sa charge de maire ?

La mairie a pourtant des urbanistes, des paysagistes qui, consultés, auraient pourtant proposé mieux qui fasse l’unanimité. L’homme qui impose ses vues pour la transformation de cette commune, est même incapable d’offrir aux usagers des toilettes dignes de ce nom. Ces figures géométriques implantées sur chaque façade avant des bâtisses de cette commune sont sans doute une petite révolution d’une bourgade qu’il voudrait ‘’mapaniser’’ au goût des cabanes de son village. L’individu doit confondre son village et la commune dont il est l’administrateur. Simplement triste… !


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs