La Chronique de l’Agitateur : Les fêtes, nos nouvelles divinités

jeudi 29 décembre 2016 Speciales


La fête de Noël a vu les parents d’enfants se saigner financièrement. Car pour eux il fallait coller à l’air du temps en offrant aux mômes des cadeaux à défaut qu’ils leurs soient donnés par le père noël dont tous s’interrogent sur son existence réelle. ’’Papa, le père noël existe ?’’ Ce genre de questions revient souvent ! Les fêtes sont devenues de sortes de divinités adorées par quelques demeurés qui leur rendent un hommage à la moindre occasion.

Comme une horde de chiens enragés, ils prennent d’assaut par meutes entières, les commerces, se font des provisions sécuritaires comme s’ils allaient échouer dans un camp de refugiés ou encore camper dans la forêt des abeilles ou en Sibérie, des milieux très hostiles et où la vie tient sur le fil du rasoir. Nos magasins n’ont jamais été aussi massivement investis comme à l’approche des fêtes, un peu comme si les fêtes, ces moments de hautes réjouissances festives constituaient la fin d’un cycle de vie et alors, on se dit, pour ce pèlerinage vers l’absolu, mieux vaut parer à toutes éventualités mêmes les plus improbables qui soient quitte à y mettre toute une fortune.

Et aux lendemains des fêtes, gueules de bois en bandoulière, les mêmes n’auront plus rien à mettre sous la dent tellement qu’ils auront épuisé toutes leurs ressources sacrifiées au dieu fête. Oui, les fêtes sont devenues des sortes de divinités de notre société moderne en perte de repères. Les fêtes deviennent une sorte d’exutoire de nos phobies existentielles, une catharsis, une soupape de sécurité face à la mal-vie ambiante.

A l’instar de tous les dieux, déchus ou non, elles ont droit à un rituel, des prêtres, des évêques, un Pape et un Vatican gardien des dogmes. Le rituel le plus connu ce sont justement ces orgies ‘’fêtales’’ auxquelles adhère une masse d’idiots qui profitent de ces fêtes pour noyer leurs soucis. Pourtant, sortis de cette transe psychologique très arrosée ; les mêmes problèmes sont là, insolubles, remontent à la surface et rappellent à tous que le rêve a un temps tout comme tout aliéné qui connait un moment de lucidité ; la réalité palpable vraie doit prendre le dessus sur l’euphorie et qu’il faut donc descendre des nuages.

Et ceux qui se frottent les mains et tirent profit d’une telle boulimie ‘’fêtale’’, ce sont ces commerces qui réalisent de gros chiffres d’affaires et de bonnes marges bénéficiaires.C’est vraiment dommage que ces fêtes imbéciles occupent le temps des gens supposés sérieux !


L’Agitateur

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs