La chronique de l’Agitateur : Le bal des vampires

vendredi 31 mars 2017 Speciales


Pourquoi tant de mensonges sur un homme qui, pourtant, ne remplit que le devoir de sa charge ? Pathétique ! Pathétique en tout cas la cabale orchestrée contre Rigobert Ikambouayat Ndeka, le Directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG). Par médias interposés, les comploteurs ont mis au point une stratégie « liquidationniste ».

Pour atteindre leur objectif, ils ont engagé des snipers qui, ces derniers jours, multiplient des tris groupés. Et les réseaux virtuels alternatifs qui s’adonnent à cœur joie ne sont pas en reste. Multipliant affabulations et calomnies de bas étage. L’on apprendra même que Le DG aurait été démis de ses fonctions. Il a fallu que Germain Banas, président du Conseil d’administration de l’OPRAG, joint au téléphone, balaie d’un revers de manche ce grossier mensonge. « Une mesure de suspension qui, selon la raclure médiatique, aurait été prise par le Conseil d’administration de l’OPRAG pour indiscipline, pour avoir passé un marché d’une valeur de 42 milliards pour l’extension du port d’Owendo, sans l’avoir signalé au conseil d’administration ». Rigobert Ikambouayat Ndeka, indique le président du Conseil d’administration, ne fait l’objet d’aucune mesure disciplinaire et continue d’occuper ses fonctions, « Vous pouvez vérifier le DG est toujours dans son bureau. Il y travaille ».

Mais, au fait, à qui profite le crime, cette déferlante médiatique contre le DG de l’OPRAG ? Un faisceau de soupçons est orienté vers le conseiller juridique du Directeur Général, un certain Athanase Ndoye Loury, qui n’est pas un inconnu dans cette jungle sociale. Ce sinistre personnage connu pour ses frasques professionnelles, est dit-on syndic judiciaire. Il accuse Ikambouayat Ndeka de « rupture abusive de contrat, suppression abusive des droits et avantages contractuels, du non reversement à la CNSS des cotisations prélevées régulièrement sur les salaires des agents, de la suppression de la dotation de la carburant et celle de la flotte téléphonique, ainsi que la signature de diverses convention d’investissements des travaux et d’équipements supérieurs à 20 millions, mauvaise gestion, de sanctions unilatérales, et installation d’un climat délétère au sein de l’entreprise ». Tout un tissu de mensonges qui enflamme les réseaux sociaux.

Ndoye Loury Athanase, vous le connaissez peut-être pas, est syndic judiciaire, une activité pourtant incompatible avec le statut de salarié. Qui a donc pu nommer cet individu au poste de conseiller juridique à l’OPRAG ? Mystère ! Chut, on est au Gabon pays de tous les possibles. Son poste à l’OPRAG est une véritable sinécure. Il brille par ses absences chroniques pour un poste pourtant grassement rémunéré. L’homme a une très haute idée de sa personne. Il ne se prend pas pour une merde des latrines encore moins pour le genre d’espèce qui doit raser les mûrs du fait des casseroles qu’elle traine. Se souvient-on du dossier de la défunte Air Gabon ? L’homme n’avait pas jugé utile d’opter pour un plan de redressement judiciaire, il a plutôt opté pour sa liquidation. Raccourci souvent emprunté par certains de ses collègues qui ne veulent pas s’encombrer de redressements judiciaire qui suppose une expertise indéniable.

Pour comprendre l’aversion de notre syndic judiciaire pour le DG de l’OPRAG, un petit coup d’œil dans le rétroviseur : le personnage avait tenté en vain de se faire payer les congés d’un boulot qu’il n’effectue pas. Il a même tenté un miracle : obtenir à son chauffeur un salaire de 850.000 FCFA. Comme le DG n’est pas né de la dernière pluie, il l’a envoyé brouter ailleurs. Tous ceci n’attisent que la haine du PCA, qui jure d’avoir la tête d’Ikambouayat, pour insubordination. Ndoye Loury fait pitié, il a intérêt à se faire petit et rentrer dans ses petits souliers lui, à cause qui, les anciens d’Air-Gabon se sont retrouvés sur la paille s’ils ne sont pas morts du fait d’une liquidation mal ficelée par un type dont ses pairs doutent de l’expertise.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs