La Chronique de l’Agitateur : Gabon 9 provinces

vendredi 18 août 2017 Speciales


Le 57ème anniversaire de l’indépendance du Gabon s’est déroulé dans un climat particulièrement morose. On comprend, la crise économique que traverse le pays sur fond de tensions politiques larvées, serait pour quelque chose. Un anniversaire marqué par une foire-exposition du patrimoine culturel du Gabon avec comme cerise sur le gâteau des mets et des concerts sur des thématiques assez variées et inspirées du terroir de chacune des neuf provinces que compte le Gabon.

Chaque province, peu avant le 17 août, a été dignement représentée par ses ressortissants qui disposaient d’un jour pour exprimer la mosaïque culturelle propre à leur région. Une trouvaille assez originale qui aura drainé grand monde au jardin botanique, lieu de l’événement. Grâce à cette foire-exposition, les nouvelles générations ont pu plonger dans l’historique de Libreville tout comme ils ont pu admirer les tronches des premiers hommes ayant animé la vie politique gabonaise. Ainsi, les visiteurs ont eu droit à une galerie de photos d’époque. On a pu ainsi admirer les bâtisses d’époque, vestiges des colons ayant écumé nos côtes et mis en place une administration embryonnaire. La galerie des photos nous aura permis enfin de voir à quoi ressemblait le premier Vice-président du Gabon Paul-Marie Yembit connu des nouvelles générations que sous les traits très caricaturaux visant à le discréditer et le jeter dans les poubelles de l’histoire.

Un homme politique qui avait souffert dans sa chair et son amour propre. Humilié et assigné à résidence dans son village de Moussambou à quelques encablures de la ville de Ndendé, le sud du Gabon. C’est le seul homme politique des années postindépendances sur qui on n’a pas d’archives. Notre télévision nationale, à chaque anniversaire de la fête de l’indépendance nous passe en boucle les premiers discours d’hommes politiques de l’époque sauf ceux prononcés par Paul-Marie Yembit. Le fonds documentaire dont dispose le Gabon peut nous montrer ses congénères sauf Paul-Marie Yembit condamné à disparaître à jamais de l’histoire du Gabon. Le complot avait été savamment orchestré pour que les nouvelles générations ne gardent de lui que cette monstrueuse caricature dont on nous gave à la moindre évocation de son nom. Ce qui est d’autant plus surprenant dans cette cabale visant à occulter des pans entiers de notre histoire, c’est l’indifférence des clercs dont le devoir devait être pourtant celui de dénoncer l’imposture cela pour la mémoire de cet homme qui appartient à notre histoire commune.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs