La chronique de l’Agitateur : Et si l’instauration de la taxe foncière était la solution à la sortie de crise au Gabon ?

mardi 19 septembre 2017 Speciales


De nombreux pays dans le monde tirent profit de leur patrimoine foncier. Au Gabon où il existe pourtant une direction générale des Impôts, curieusement, cette taxe n’existe pas encore et on se demande bien pourquoi ! Est-ce les forces d’inertie qui, dans l’ombre, s’y opposent parce que cette taxe risque de mettre à mal leurs fortunes bâties essentiellement sur leurs patrimoines immobiliers et ne veulent pas reverser au trésor public une partie de ce qu’elles engrangent.

Ce ne sont pas les petits propriétaires qui s’y opposeraient, mais ceux qui disposent d’importants gisements fonciers et craignent d’être rattrapés par le fisc. Le Gabon, aux dernières nouvelles, a grandement besoin de 85,4 milliards de FCFA additionnels pour financer ses projets de développement. Le 1er conseil des ministres du Gouvernement Issoze-Ngondet II, tenu le 25 août dernier, a donc consenti, aux fins de rentrer en possession de ce sacré magot, de cogner aux portes de deux institutions bancaires internationales que sont la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et la Banque africaine de développement (BAD).

Pourquoi alourdir la dette alors qu’il y a d’autres niches de financements pour le développement. Le gisement foncier au Gabon qui sombre encore dans un bordel ambiant, ce secteur par exemple, avec son fort potentiel en matière de recettes fiscales, s’il est mis à contribution et valorisé, demeure un sacré atout capable de faire grimper la courbe des recettes budgétaires. Avec tout ce qui a comme domaines fonciers au Gabon dont le réservoir reste à ce jour encore inexploité, ce sont des milliards de FCFA qui sommeillent dans les poches des propriétaires immobiliers qui se frottent les mains et souhaitent que les choses demeurent en l’état. Lorsqu’on réalise tout le patrimoine foncier dont dispose le pays, on se demande bien pourquoi nos fiscalistes négligent ce secteur pourtant source de recettes pharaoniques capables de nous sortir du cycle infernal d’un endettement qui, du fait de son poids, empire la crise qui grippe notre économie.

Le secteur foncier, s’il est bien organisé et encadré, peut permettre d’obtenir des financements additionnels et reconstituer le capital réserve appelé Fonds des Générations Futures qui, au Gabon, selon les économistes, n’existe plus que de nom. Comme on le voit, l’Europe tire énormément de recettes de son patrimoine foncier, pourquoi ne pas l’instaurer chez nous, surtout en ces temps d’austérité budgétaire ? A quand donc la taxe foncière ? N’est-ce pas l’occasion d’instaurer cette taxe plutôt que d’alourdir l’endettement à coups de gigantesques opérations de levée de fonds sur les marchés financiers ? Rien qu’à voir les immeubles et autres bâtisses qui poussent au quotidien depuis que les voleurs des deniers publics sont traqués et ne peuvent plus planquer leurs butins dans les paradis fiscaux sans être inquiétés, il y’a un manque à gagner pour les caisses de l’Etat.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs