La chronique de l’Agitateur : Curieuse désignation des recteurs au Gabon

jeudi 21 juin 2018 Speciales


A l’évocation de l’élection des recteurs au Gabon qui relève d’une absurdité affligeante, franchement j’enrage ! C’est quoi, diantre, cet étrange mode de désignation des recteurs des universités gabonaises ! Je découvre, en lisant la presse gabonaise, qu’ils doivent d’abord être choisis par leurs pairs et ensuite par le gouvernement en Conseil des Ministres. Je comprends pourquoi depuis quelques jours, leur ministre de tutelle Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, arpente les universités pour présider les conseils d’administration en charge de l’organisation de ces élections.

Les candidats au poste de recteur sont soumis à des critères un peu bizarroïdes. Parmi les candidats en lice dans chaque établissement, trois sont élus par les pairs. Les trois élus par université et dont les noms ne sont pas rendus publics, sont ensuite soumis au gouvernement qui désigne par cooptation un seul pour chaque université publique que compte le Gabon. A quoi bon de demander aux collègues de choisir trois parmi les candidats déclarés, si c’est pour les soumettre à la cooptation gouvernementale sur fond de clientélisme. Si c’est le politique qui décide en dernier ressors, il est fort à craindre qu’on retombe dans les mêmes travers tant décriés ; ce qui est loin d’arranger les choses.

N’oublions pas que les budgets alloués aux universités plafonnent à plusieurs milliards de francs. Ce qui donne des envies aux différents ministres de tutelle qui ont toujours rêvé d’en prendre le contrôle. Et lorsque le recteur se montre un peu rétif, il s’expose à une pluie de grèves menées par des éléments instrumentalisés. Le choix du politique ne risque-t-il pas de s’exprimer au détriment de la compétence ? Que vient foutre la main du politique dans une élection corporatiste qui suppose des professionnels appelés à choisir leur recteur ? Comment des gens aussi fûtés se laissent berner au point d’accepter bêtement une telle absurdité ? Que visent, au fond, ces deux niveaux de filtrage ? L’élection par les pairs ne suffit-elle pas à sortir des urnes un enseignant compétant, faut-il absolument l’intervention du politique ?

Au nombre des candidats déclarés, figurent pourtant des personnes dont l’intégrité ne souffre d’aucune contestation puisqu’il est question de choisir des personnes intègres. Le choix était donc facile à faire. En revanche, l’élection par les pairs des deux Conseillers-membres de la Haute Autorité de la Communication (HAC), il y a plus de deux semaines, s’est déroulée dans une transparence exemplaire malgré quelques dysfonctionnements organisationnels. Ce sont les professionnels du secteur de la communication qui ont choisi leurs représentants à cette institution administrative. Le ministère de tutelle s’est juste borné à organiser le scrutin. Cela aurait dû être le cas pour le choix des recteurs.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs