La chronique de l’Agitateur : Caprice de star !

mardi 23 octobre 2018 Speciales


Depuis qu’il joue dans des grands clubs de football dont le club anglais ARSENAL dans lequel il évolue en ce moment, le petit Pierre Emerick Obameyang a le cul posé sur une bulle. Comme tout bon « nouveau riche » qui se sent soudain saoulé par les délices de sa fortune, le petit, en bon petit nègre, est convaincu d’être devenu le nombril du monde, sinon une sorte de divinité aux pieds de qui le monde doit se prosterner.

Lorsqu’il réalise ce qu’il gagne en termes de primes de matchs et de salaires, ses repères psychologiques sont comme brouillés ; il donne même l’impression d’être coupé de toute rationalité chez tout homme normalement constitué. D’où sa mentalité de petit garnement qui se permet de se torcher avec l’honneur d’un pays. Refuser de prendre part à une compétition dans laquelle s’engage l’équipe nationale, c’est son droit le plus absolu, il n y a pas à en faire une tartine, encore moins une branlette. Mais justifier ce refus par des manigances imbéciles a tout d’un arrivisme pathologique. Au fond, quel est l’apport de ce monsieur lorsqu’il joue en sélection nationale ?

Très minimaliste, sinon nul, pas du tout à la hauteur des attentes suscitées par ses talents de joueur professionnel, reconnaissent de nombreux férus de football. Souvent, les Gabonais sont déçus par la médiocrité de ses résultats, une fois en sélection nationale. Qu’il vienne ou non jouer en sélection nationale, ça ne change rien ou plutôt si : sa présence impacterait négativement sur le moral d’autres joueurs qui nourrissent des complexes inhibitifs à l’origine des mauvais résultats puisqu’ils ne peuvent plus donner le meilleur d’eux, leurs talents ayant du mal à s’exprimer ! Ce qui expliquerait les meilleurs résultats des Panthères en l’absence de notre star.
A sa décharge, le climat morose qui sape les relations entre L’Administrateur national du fonds pour la promotion du sport et son ministre de tutelle ainsi que le patron de la FEGAFOOT, grippe non seulement la machine du sport, mais empire les dysfonctionnements tant déplorés dans le milieu du football infesté de requins spécialisés dans des magouilles à grande échelle.

Ce qui, sans doute, révulse notre héro national qui a des désaccords de vue dans la manière dont le fonds est géré puisque certains proches du milieu des sports parlent de retro commissions et de délits d’initiés. Mais cela suffit-il à afficher un comportement de petit grincheux au point de bousiller l’ambiance et le moral de l’équipe avant un match aussi important ? Le moment de cette bouderie était-il bien choisi ?Son géniteur et lui sont pourtant au fait de la réalité du football au Gabon, ni l’un ni l’autre n’a osé se prononcer sur la place publique pour dénoncer les dessous sombres du milieu pris en captivité par la ruche mafieuse.

L’acte posé par notre star qui relève de la haute trahison, est simplement inacceptable. Peut-on se passer des services de ce petit grincheux ? Oui, car nul n’est indispensable. Avec ou sans lui, les Panthères ne vont pas cesser d’exister. Donc, que PEA décide de ne plus jouer en sélection nationale, on s’en tape. Le plus ridicule ce n’est pas tant ce petit effronté, mais ceux qui le contactent pour des compétitions dans lesquelles s’engage le pays. Autant laisser l’individu là où il gagne bien sa vie et ce ne serait que mieux pour lui et sa petite famille…


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs