La chronique de l’Agitateur : Ali Akbar Onanga Yobégué dans ses œuvres !

samedi 13 octobre 2018 Speciales


Le Ministre de la Fonction publique qui, depuis ces derniers temps qu’il a été catapulté à ce poste, ne se sent plus. L’homme qui se retrouve comme inondé d’un grand bien être, est convaincu d’être le centre de gravité universel. Fort de quoi, il fait tout ce qui lui vient en esprit. Son objectif est simple : séduire celui qui l’a fait roi aux yeux de qui il veut devenir un incontournable. C’est pourquoi, il se distingue par des écarts de langage et des reformes impopulaires et contre-productives inutiles.

Pour justifier toute absence pour cause d’élection, les agents fonctionnaires étaient tenus de remplir un formulaire sur lequel ils devaient indiquer le lieu où ils devaient voter ainsi que le candidat pour lequel ils s’engageaient à cette élection couplée et, tenez-vous bien, comble d’idiotie, le formulaire devait porter le blanc-seing du candidat et déposé à la Fonction publique. L’initiateur de cette décision qui n’est autre qu’Ali Akbar Onanga Yobégué, passé maître dans l’accumulation des bourdes, avait donc la latitude de démasquer les opposants de la Fonction publique et de se réserver le droit de les noter en fonction de leur positionnement idéologique. Facile donc pour ce roitelet téké de constituer la cartographie politique des agents de la Fonction publique : sorte de fichage ou de flicage en sorte !

Qu’est-ce qui a pu motiver une telle décision qui tombe sous le coup de la non-conformité constitutionnelle plongeant d’ailleurs le président de l’institution, garante de la loi fondamentale, dans un courroux inconsolable au point qu’elle s’est vue obliger de rendre une décision qui frappe ce formulaire de nullité ? En instaurant une telle mesure de flicage qui ne dit son nom, la première dans l’histoire de notre démocratie, ce personnage avait-il oublié que, le vote étant secret, décliner sa préférence pour un candidat pour lequel on s’engage, était forcément non conforme aux usages démocratiques ? Etonnant pour un soi-disant professeur de droit. Si c’est avec de tels individus dont s’encombre notre université pour enseigner nos mômes, on comprend aisément le niveau des étudiants !

La suspension des recrutements et d’avancements automatiques à la Fonction publique pendant une durée de trois ans, c’est lui ; le pointage des agents et leur mise sous bons de caisses, c’est encore lui ; « ne pas faire du vieux avec du neuf », c’est toujours lui, c’est ce même individu qui est au centre du conflit générationnel qui plombe le PDG au point que ce parti se trouve fragilisé. Mais franchement, pour qui se prend cet individu qui me sort par tous les trous ? Ce monsieur fait dans un zèle de petit arriviste qui énerve plus d’un. Qu’attend le président Ali Bongo Ondimba pour le mettre hors d’état de nuire parce que, à cette allure, à force d’actes improductifs et irresponsables de sa part, on risque de foncer droit au mur. M’enfin, d’où sort ce type ?


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs