La chronique de l’Agitateur : Ali Akbar Onanga Yobégué, carton rouge !

vendredi 28 septembre 2018 Speciales


Le candidat du 1er siège du département de la Lekoni-Lekori, commune d’Akiéni, Ali Akbar Onanga Yobégué fait preuve d’un zèle excrémentiel. Voulant à tous prix caresser le ‘’distingué-camarade-président’’ dans le sens du poil, comme tout bon courtisan, ce petit monsieur a oublié ‘’la charte de bonne conduite’’ encadrant la campagne électorale. Une charte dument paraphée par son parti politique, le PDG. L’Article 3 alinéa 3 de la charte de bonne conduite de la Haute Autorité de la Communication (HAC) signée par l’ensemble des participants aux élections, précise pourtant qu’il est formellement interdit, pendant la campagne électorale, d’user des documents visuels ou sonores faisant apparaître des personnalités de la vie publique gabonaise sans l’accord écrit desdites personnalités ou de leurs ayants droits’’.

L’individu a peut être reçu le blanc seing du ‘’distingué Camarade’’ pour qu’il partage avec le président l’affiche de campagne, sait-on jamais, mais ici ce n’est plus le distingué-camarade, président de Parti PDG dont il s’agit, mais il est ici question du Président de la République, le président de tous les Gabonais et qui, plus, est au dessus des partis. Pourquoi n’avoir pas associé le Secrétaire Général du PDG Dodo Bouguenza si tant est qu’il espérerait forcer l’adhésion des militants pédégistes, si c’est cela le but visé par cette affiche, où on voit, en arrière plan, le Président de la République qui apparait tel un suppléant du candidat Ali Akbar Onanga Yobégué ?
Là, c’est un candidat pédégé qui fait entorse aux dispositions de la charte de bonne conduite, et si c’était un candidat de l’opposition qui, pour galvaniser les éventuels électeurs qui sont restés fidèles au chinois d’Omboue, aurait porté sur son affiche la tronche de monsieur Jean Ping ?

Et que dit la haute Autorité de la Communication sur de tels dérapages de la part d’un individu qui se torche avec les dispositions réglementaires pendant la campagne électorale ? Sa candidature sera-t-elle annulée ou ses affiches retirées des mûrs ? On attend impatiemment la réaction de la HAC. Loin d’être le seul à en rager après une telle bourde de la part d’un candidat, les internautes s’en mêlent aussi de plus belle. En voici un qui peste : « c’est d’autant plus inacceptable que c’est le fait d’un soit disant professeur de droit, récidiviste en termes de prise de parole et autres décisions discutables : ‘’on ne peut pas faire du neuf avec du vieux’’ c’était déjà lui, la maternité allaitante sur fond des couleurs du drapeau national, c’est lui, les bons de caisse et autres dispositions abracadabrantes y relatives, c’est lui le pointage des fonctionnaires, c’est lui, et maintenant cette affiche de campagne insolite c’est encore lui !!! Vous ne trouvez pas que c’en est trop pour le seul et même individu qui porte à lui seul la responsabilité des conflits générationnels au sein du PDG au point de le fragiliser ? ».

Le distingué Camarade est le Président de la République. Quel est ce communicant qui a bêtement pensé que l’image du président de la République pouvait être associée à une stratégie de séduction dans le cadre d’une campagne d’affichage ? Est-ce Yobégué en personne qui, fort de ses connaissance en droit, a cru bon de commettre une telle entorse aux dispositions réglementaires d’une campagne d’affichage ? N’est-ce pas curieux de la part d’un praticien du droit ? Comme si le personnage ne nous avait pas déjà mis plein la gueule avec ses inepties, et vlan, gaillardement, il revient à la charge : l’homme vient de nous pondre un livre non pas sur sa matière le droit, mais sur sa religion.

L’homme est dit-on musulman pratiquant. Invité à en parler sur une chaîne locale, il a blablaté des sornettes à faire pâlir le professeur Guillaume Pambou Tchivounda, et personne n’a retenu quoi que ce soit sur le contenu de ce truc pompeusement appelé livre. Une sortie de piste qui fera date dans l’histoire de nos soi-disant universitaires. Des universitaires à la gomme sans doute. Le discours, non structuré, était si laborieux qu’il laissait penser que ce n’était pas lui l’auteur de cette œuvre. L’homme qui n’a peut-être pas l’étoffe de nous pondre de grands traités de droit, a préféré nous causer de religion avec légèreté tout aussi déconcertante. Et c’est ce genre d’individu qui enseigne nos mômes à la fac de droit ! Est-ce qu’on est sérieux !!!


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs