La Chronique de l’Agitateur : Accouchement en plein air à Melen, Ah cupidité quand tu nous tiens !

jeudi 14 avril 2016 Speciales


Pour n’avoir pas payé 30 000 FCFA (trente mille) de frais exigés pour être reçue dans l’hôpital régional de Melen. Il y a quelques jours, une jeune dame, la quarantaine, sous le regard indifférent des sages-femmes, accouchait à même le sol sur l’esplanade de cet établissement hospitalier situé à une dizaine de kilomètres de Libreville la capitale gabonaise.

Le spectacle aussi affligeant que révoltant, a ému grand monde lorsque la presse et les réseaux sociaux s’en sont fait l’écho. Pour justifier la grosse bêtise, les autorités administratives de cette structure hospitalière se sont fendus de grossières échappatoires aussi ridicules qu’énervantes. Pour une aussi minable somme comme trente mille FCFA, deux personnes ont failli passer de vie à trépas. A peine croyable ! Il est choquant et regrettable le comportement irresponsable affiché par les accoucheuses.

Une telle attitude est impardonnable ! Ces accoucheuses méritent la pendaison pour cet acte qui a tout d’une tentative d’homicide volontaire. On veut bien être d’une cupidité dévorante mais lorsqu’elle va jusqu’à mettre en péril des vies humaines, il est désormais permis de douter sérieusement de notre humanité qui nous distingue de la brute imbécile.

C’est à croire que la civilisation humaine amorce sa décadence. Des individus qui ont pourtant choisi le noble métier d’accoucheur et qui se montrent indifférents devant une patiente qui avait tant besoin de leur assistance, est à peine croyable ! La mère, blessée dans son amour-propre, a subi l’humiliation suprême de sa vie. La mère et l’enfant, comme des parias, étaient là, abandonnés à eux-mêmes cela sous le regard indigné des badauds !

Une telle expérience aussi cocasse la marquera aussi longtemps dans son inconscient. Puis un jour, comme pour s’affranchir de cette expérience qui va hanter sa vie comme un fantôme, elle déroulera à son rejeton le film de sa venue sur terre. Le fiston aura du mal à croire que des gens civilisés aient pu commettre un acte aussi grave en plein 21ème siècle. Ce n’est pas tant la cupidité humaine qui gagne des proportions inquiétantes dans notre monde ultralibéral, ce qui l’est plus à plaindre, c’est l’indifférence affichée par des gens censés avoir été initiés aux règles d’éthique et de déontologie.

Ce qui s’est passé à Melen n’est qu’un petit détail à côté de ce que vivent les parturientes au quotidien dans les salles d’accouchements. Les sages-femmes sont d’une arrogance merdique mêlée à la malpolitesse qui les caractérise. La femme en travail est parfois blâmée comme une gosse. Ce qui aplatit son moral. Certaines passent des heures avant qu’on leur fasse le moindre toucher. Ce qui explique sans doute des cas de décès avec la négligence comme principale cause. Si la pôvre est séropositive, il n’est pas rare qu’elle soit abandonnée à elle-même car personne ne voudra la toucher même avec des gants. Des scènes ahurissantes de ce type sont légion dans les maternités.

Sous d’autres cieux, devant pareil acte relevant d’un anti-professionnalisme révoltant, c’est toute la chaîne d’encadrement qui devrait être virée et cela sans appel.


L’Agitateur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs