L’UPG, nouvelle antichambre du PDG ?

vendredi 7 octobre 2016 Politique


Depuis le décès de son père fondateur, l’Union du Peuple Gabonais, UPG, s’est fortement divisée entre des camps qui se disent tous héritiers de feu Pierre Mamboundou, Dieu seul sait ce qu’il en était du vivant de ce dernier, mais l’histoire dévoile au grand jour que sont tous ces politicards qui ont passé le plus clair de leur temps à se battre pour finalement chacun à son tour atterrir au gouvernement, pendant et après l’époque d’Ona Ondo.

Politiquement, l’on risque de parler de Mathieu Mboumba Nziengui au passé après qu’il eut été remplacé par Koumba Mboumba dans le Gouvernement formé récemment par Franck Emmanuel Issoze-Ngondet et alors qu’à ses côtés dans la même équipe se trouve un autre Upégiste en la personne du vice-Premier Ministre, Bruno Ben Moubamba.

Seul membre de cette « congrégation politique » à n’avoir pas mordu à l’hameçon PDG, le magistrat Jean-de-Dieu Moukagni Iwangou qui, pour des raisons personnelles et éthiques, avance à qui veut l’entendre, qu’il n’a jamais accepté d’appartenir à une équipe gouvernementale à dominante PDG. Constituant du coup ce que l’on appelle l’exception qui confirme la règle. Grâce à laquelle, les observateurs peuvent encore parler de l’UPG en tant que parti politique vivant.

Confrontée aux difficultés de tous genres qui sont allées jusqu’à miner son unité et son ancrage dans la population, l’UPG ne pouvait que vivre des heures compromettantes qui n’arrangeait pas sa situation, mais plutôt la fragilisait, au point de faciliter la chute de certains de ses leaders. Mais cela n’était-il pas prévu en amont puisque selon Mathieu Mboumba Nziengui, il était devenu clair dans l’esprit de feu Pierre Mamboundou que sa formation politique était un parti de Gouvernement avec tout ce que cela a d’insinuations. A ce moment et puisque son projet, s’il en a un aujourd’hui, pourquoi ne pas carrément se fondre entièrement dans le PDG ou intégrer, s’il y a encore place pour la honte, la majorité surtout en ces temps où elle a visiblement besoin de se solidifier avec l’apport de tous ceux des Gabonais qui trouvent alléchant « l’Egalité des chances » ?

Ce qu’il reste aux Upégistes entrés au Gouvernement, c’est curieusement la cravate rouge, nous osons croire qu’ils lui donnent la signification initiale et rejettent du revers de la main le ridicule qui peut s’emparer de quelqu’un qui perd son âme. Non pas qu’il soit interdit à ces citoyens Gabonais de participer à l’œuvre d’édification de leur pays, ce qui du reste est salutaire dans un contexte qui invite les intelligences à la résolution des problèmes qui assaillent la société, mais faut-il qu’ils le fassent avec la manière, c’est-à-dire sans se déculotter. Pour éviter que l’expression « aller à la soupe » ne s’applique à eux également, alors que le Peuple de l’UPG continue de pleurer feu Pierre Mamboundou et d’attendre qu’un digne remplaçant lui soit trouvé.

Où est donc passée la fameuse formule « la majorité gouverne, l’opposition s’oppose » ? Il est pourtant vrai que lorsque l’on aspire à gérer un pays, c’est que l’on a les côtes solides et que l’on croit que son projet peut être mis en musique par nos propres soins sans en référer à d’autres que nous. C’est ce qui démontre à suffisance la vitalité d’une formation politique qui doit être jugée en fin d’exercice par les populations qui se prononcent sur le bilan qui leur est présenté et sur le fait qu’elles sont satisfaites ou non de celui- ci. Il peut arriver dans ce deuxième cas de figure qu’elles veuillent regarder dans une autre direction pour avoir par la suite la possibilité de comparer et de se situer par rapport à la trajectoire suivie par leur pays.


Dounguenzolou

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs