L’Union nationale pèse-t-elle encore quelque chose ?

mardi 2 février 2016 Politique


Alors qu’elle a été brandie et agitée à la face du monde comme la locomotive de l’opposition, à même d’inspirer un vent d’alternance politique ; alors que ses dirigeants se sont pavanés ici et là, ostentatoirement comme les seuls « crédibles » à insuffler un vrai changement dans le pays, l’Union nationale UN, atomisée par des antagonismes de plus en plus profonds et la guerre des chefs faisant rage, est-elle encore, en cette année électorale la locomotive de l’opposition au Gabon ?

Il est 11h ce samedi ensoleillé du 30 janvier 2016. Nous sommes au carrefour communément appelé « Ancienne Sobraga », à quelques mètres seulement du siège de l’Union Nationale (UN).Un carrefour souvent mouvementé ! Une tradition respectée en cette journée radieuse. C’est précisément au kiosque à journaux que nous croisons Mathurin, un fonctionnaire.Ce dernier ne cache pas son désarroi quant à la crise qui agite le parti créé par Feu André Mba Obame.« C’est vraiment triste de voir un parti qui a suscité les espoirs des Gabonais pour l’alternance, sombrer de cette façon là », nous confie Mathurin, avant de conclure « seul Mba Obame pouvait assurer la direction de l’Union nationale parce qu’il en était le seul leader charismatique. Dans ces conditions là je ne vois pas comment les gars pourront s’en sortir en août prochain, surtout avec l’activisme de Ping en ce moment ».  

Même chose pour Bertille qui s’impatiente depuis un moment, car tentant d’emprunter un taxi mais en vain. L’union nationale nous dit Bertille, peu bavarde est « un parti qui ne sait plus où il va depuis la disparition de Mba Obame, parce que tous ceux qui sont restés là ce sont des vieux, qui ne savent même pas où ils vont »

Une question diversement appréciée 

Si pour les uns, le parti des anciens caciques du PDG en est à son déclin,et aura toutes les peines du monde à faire le poids lors de l’élection présidentielle d’août prochain, pour d’autres au contraire, l’UN garde encore sa supériorité sur les autres partis de l’opposition et pourra toujours faire la différence le moment venu. Maxime, un étudiant rencontré au troquet « Samuel Eto’o » soutient que : « l’Union nationale est encore le premier parti de l’opposition gabonaise, même si aujourd’hui il y a des conflits entre les barrons. C’est justement ces vieux qui se battent pour le pouvoir et qui veulent entrainer l’Union nationale dans leur chute parce qu’ils sont sur le déclin. Voilà pourquoi Ping est en train de profiter de leur bêtise pour les larguer »

Céline, sa condisciple, ne dit pas autre chose lorsqu’elle affirme « Pour moi l’Union nationale reste toujours le premier parti d’opposition parce qu’elle est la seule force d’opposition à rassembler beaucoup de monde surtout du temps d’André Mba Obame et on a bien vu toute la mobilisation des Gabonais lors du décès de Mba Obame. Je n’ai jamais vu ça pour un autre parti », conclut Céline.  

Mais au-delà de toutes ces positions, la situation de ce parti est aujourd’hui critique tant les antagonismes de plus en plus profonds, la guerre des égos que se livrent les dirigeants, l’émergence de factions rivales, notamment la faction de Myboto et compagnie, celle d’Eyeghe Ndong et consorts, achèvent de compromettre désormais les chances de réussite du parti en août prochain. Une compromission des chances renforcée par la sortie, le week-end écoulé du secrétaire exécutif intérimaire du parti, Gérard Ella Nguema, qui a annoncé la création d’un mouvement associatif : l’Union du mouvement des Secouristes Républicains, après avoir reconnu, lui aussi que « l’Union nationale est malade ».


CNN

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Articles relatifs